Le camp de la honte et l’affaire Baupin

La honte a-t-elle définitivement changé de camp dans les affaires de harcèlement sexuel ?


Dans ce qu’il convient d’appeler « l’affaire Baupin », les victimes, qui ont eu le courage de témoigner à visage découvert, ne verront pas la justice statuer. Non pas parce qu’elles avaient tort mais parce que, selon le Tribunal de grande instance de Paris, les faits, qui étaient pour certains d’entre eux « susceptibles d’être qualifiés pénalement », étaient prescrits.

Malgré cette déconvenue, les quatre femmes qui avaient porté plainte estiment que leur démarche a fait changer le regard de la société et que « la honte change de camp »

La médiatisation de ce cas de harcèlement chez EELV a en effet projeté la honte sur Denis Baupin et non sur celles qui ont porté l’affaire devant la justice. Cela a aussi poussé les collaboratrices parlementaires à donner de la voix. Ce qui est déjà un progrès. Il n’y a pas si longtemps, une majorité de médias relayaient les soutiens de l’ex directeur du FMI accusé de viol.

Mais Denis Baupin ne s’est manifestement pas senti honteux. Voici qu’il annonce qu’il va déposer quatre plaintes pour dénonciation calomnieuse contre ses accusatrices et une contre EELV pour diffamation. Même pas honte !

Et nous voici revenus au schéma classique : les femmes n’osent pas, ou tardent à, déposer plainte pour harcèlement sexuel parce qu’elles savent que leur parole sera mise en doute et parce qu’il est difficile de donner les preuves attendues par des tribunaux très exigeants. Et quand elles déposent plainte, si elles sont déboutées faute de preuve, les plaignantes risquent d’être condamnées à de lourdes peines pour dénonciation calomnieuse.

Ce qui est déterminant dans ces affaires est une évolution de la justice dans le recueil et l’acceptation des preuves afin de pouvoir concrètement condamner les vrais coupables, pas les victimes. On se souvient des soubresauts du Conseil Constitutionnel pour éloigner l’évolution de cette législation (Voir :  Le Conseil constitutionnel en accusation)

Si la honte a commencé à changer de camp, il faudra encore des condamnations exemplaires pour faire reculer le harcèlement sexuel.

 

Tous les articles de la rubrique Point de vue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php