“Avec l’aspartame, nous sommes aux antipodes du principe de précaution !”

Le débat politique autour de la taxation des boissons sucrées a remis en avant les questions sur les risques éventuels de l'aspartame pour la santé. Marianne Buhler, gynécologue, membre du Réseau environnement santé, juge nécessaire de réévaluer la nocivité de cet édulcorant. Entretien.


D'abord, qu’est-ce au juste que l'aspartame ?

Marianne Buhler : Un édulcorant de synthèse ou, pour parler plus simplement, un produit chimique pauvre en calories dont le pouvoir sucrant est environ 200 fois supérieur à celui du saccharose. Rien ne démontre cependant que le recours à l’aspartame ait contribué à faire maigrir quiconque…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€

css.php