Au Togo, une semaine de grève du sexe

L'opposition togolaise veut utiliser cette arme de désobéissance civile. La grève du sexe est-elle efficace ?


 

Un mouvement d'opposition, le collectif « Sauvons le Togo », appelle les Togolaises à observer une semaine de « grève du sexe ». Une arme de désobéissance civile destinée à obtenir la libération de militants emprisonnés la semaine dernière, explique à Libération une des initiatrices de cette mobilisation, Isabelle Ameganvi. Plus largement, « c’est notre manière de dire que les femmes du Togo en ont ras-le-bol » du gouvernement de Faure Gnassingbé.

Le Monde doute de l'impact de cette grève, « même si dans d'autres pays l'abstinence comme action de résistance féminine a connu des résultats encourageants », note le…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour ajouter cet article à votre classeur.

css.php