Au Togo, une semaine de grève du sexe

Un mouvement d'opposition, le collectif « Sauvons le Togo », appelle les Togolaises à observer une semaine de « grève du sexe ». Une arme de désobéissance civile destinée à obtenir la libération de militants emprisonnés la semaine dernière, explique à Libération une des initiatrices de cette mobilisation, Isabelle Ameganvi. Plus largement, « c’est notre manière de dire que les femmes du Togo en ont ras-le-bol » du gouvernement de Faure Gnassingbé.

Le Monde doute de l'impact de cette grève, « même si dans d'autres pays l'abstinence comme action de résistance féminine a connu des résultats encourageants »,…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour ajouter cet article à votre classeur.

css.php