Ça ne coûte pas cher et c’est un progrès

Par Phil Roeder sur Flickr (CC BY 2.0)
Par Phil Roeder sur Flickr (CC BY 2.0)

La ministre de l’Éducation répond favorablement à une pétition demandant des écrivaines au programme du bac littéraire. Il faut aller encore plus loin pour cesser d’étouffer les ambitions des filles.


 

Enfin ! La ministre de l’Éducation nationale, ex-ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem a réagi à la pétition lancée par une enseignante, Françoise Cahen : « Donnez leur place aux femmes dans les programmes de littérature au bac L. » Il aura fallu attendre 2016 pour que le sujet soit pris au sérieux.

Et tant qu’on y est, pourquoi ne pas faire la même chose pour les programmes de philosophie et d’histoire ? Ça ne coûte pas cher et ça fait plaisir, comme dit la sagesse populaire. Et surtout ça permet de faire progresser l’humanité. Extension du domaine du savoir et surtout extension du domaine du possible pour la moitié de l’humanité que les programmes scolaires ignorent superbement.

Donner à voir aux filles des modèles de femmes philosophes, écrivaines, scientifiques et des héroïnes dans leurs livres d’histoire, ça leur permet de se projeter dans un grand avenir, de ne pas limiter leurs ambitions. En ne mettant en lumière que très peu de femmes, l’Éducation nationale dit implicitement aux filles que leur place n’est pas dans la sphère publique mais dans la sphère privée. En caricaturant Marie Skłodowska-Curie comme une femme austère, ceux qui racontent l’histoire découragent les filles de s’engager dans les filières scientifiques.

Et l’excuse « il n’y en a pas » ne tient pas deux secondes. Quand on a voulu faire entrer des femmes au Panthéon, on en a trouvé. Quand on cherche des femmes philosophes, on en trouve, dès l’Antiquité, et pas seulement des femmes qui n’ont réfléchi qu’à la condition des femmes tandis que les hommes penseraient l’universel.

Au-delà de l’injustice que cet enseignement représente, ces vocations étouffées dans le silence d’une éducation stéréotypée sont une perte de richesse. « L’admission des femmes à l’égalité parfaite serait la marque la plus sûre de la civilisation, et elle doublerait les forces intellectuelles du genre humain », écrivait Stendhal.

Il est urgent d’en finir avec ces messages subliminaux qui anéantissent les ambitions des filles.

Aux Nouvelles NEWS nous nous chargeons de faire reculer ces stéréotypes dans les médias. Nous avons toujours besoin de vous pour nous aider en vous abonnant.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Pétition pour ne plus apprendre à moitié

Bac L : Najat Vallaud-Belkacem veut des écrivaines

Toujours pas d’écrivaine au bac littéraire

Geneviève de Gaulle Anthonioz et Germaine Tillion au Panthéon : « Faire advenir les femmes dans le récit de l’Histoire »

Femmes de lettres invisibles dans les manuels scolaires

Moins de 5% de femmes dans l’Histoire

De science et d’amour, Marie Curie et sa sœur Bronia

 

Tous les articles de la rubrique Médias

Une réflexion au sujet de « Ça ne coûte pas cher et c’est un progrès »

  1. Qu’en sera t’il cette année ? Ce qui est le plus choquant c’est d’avoir attendu autant d’années pour poser le débat et encore cette information passe presque inaperçu c’est dommage, comme quoi c’est pas gagné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php