Cantonales : le féminin de “candidat” est “suppléante”

Les 20 et 27 mars, les conseils généraux seront partiellement renouvelés. Très partiellement. Et pas avec des femmes. Aujourd’hui 87,7 % des élus sont des hommes. Certains départements affichent 25 % de femmes parmi leurs candidats… souvent dans des circonscriptions perdues d’avance.


mariannePour les cantonales, éviter la parité est un jeu d’enfant. Pas besoin de circonvolutions autour de la loi, pas de risque de payer des pénalités. La loi impose seulement que le suppléant soit de l’autre sexe par rapport au candidat. Une aubaine ! Le guide des modes de scrutin publié par l’Observatoire de la parité indique que « ce dispositif a visiblement conduit à reléguer les femmes…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€

css.php