Dirty Diaries, le porno au féminin

Dirty diariesA travers douze courts métrages aux influences arty et underground, la réalisatrice suédoise Mia Engberg présente douze regards de femmes sur  la pornographie. Pari réussi ? Plus qu’érotique, la jouissance que procure ce film est d’ordre intellectuel en nous invitant à réfléchir sur la sexualité féminine.

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€