Greenpeace, coup de chaud à l’Assemblée

ANPour ce qui est du coup médiatique, c'est réussi. L'intervention de Greenpeace en pleine séance à l'Assemblée nationale, mercredi dernier, a eu des répercussions jamais vues jusque-là. La classe politique, en majorité, crie son indignation. Mais elle a surtout montré, sur le coup, qu'elle était loin de la sérénité dans le grand débat sur la lutte contre le réchauffement climatique.


 

Une intervention en deux temps. Des militants ont d'abord tenté, hier midi, de déployer une banderole sur le toit de l'Assemblée, avec ce message : « Copenhague : aux actes, monsieur le Président ! » Puis l'après-midi dans l’hémicycle, une dizaine de membres de Greenpeace ont interrompu la…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour ajouter cet article à votre classeur.

css.php