Guillon et les auditeurs/contribuables

stephane guillon"En tant que salarié foutu dehors, je suis ravi de cette décision judiciaire. En tant que contribuable, je suis scandalisé qu'une société d'Etat ait préféré perdre autant d'argent et d'auditeurs pour faire taire un humoriste". Ainsi s’exprime Stéphane Guillon dans un communiqué de  l'AFP.

Les atermoiements de France Inter avec l’humoriste coûtent cher, en effet, aux contribuables. « Remercié » par la direction de Radio France en juin dernier après des propos que le PDG de Radio France, Jean-Luc Hees, n'appréciait guère, Stéphane Guillon vient de gagner au Prud’hommes.

Son licenciement a été jugé  "sans causes réelles et sérieuses" et, dans la foulée, les Prud'hommes ont "requalifié les contrats à durée déterminée (CDD) de Stéphane Guillon depuis avril 2003 en contrat à durée indéterminée (CDI)". La radio doit donc lui verser plus de 200000 euros d’indemnités.

La liberté d'expression a un prix pour les auditeurs /contribuables !

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€