ABONNEZ-VOUS    I   CONNECTEZ-VOUS  I   RECEVEZ LA NEWSLETTER  I   AIDE

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les Nouvelles Brèves Mis en ligne le 01/08/11 I Rédaction par La Rédaction
E-mail

La féminisation des conseils d'administration en France avance à marche forcée. Mais ne profite pas vraiment à la promotion en interne. L'observatoire Ethics and Boards le confirme dans une étude : entre 2009 et 2011, le nombre de mandats détenus par les femmes dans les conseils d'administration du CAC 40 est passé de 60 à 119. Après avoir stagné pendant des années, la part d'administratrices a ainsi passé les 20% en moyenne dans ces CA.

Cette poussée signifie que les grandes entreprises, dans leur ensemble, ont anticipé la loi "Zimmermann-Copé" d'octobre 2010, qui les oblige à atteindre ce seuil de 20% avant 2014 (et 40% en 2017).

Pas de cocorico, pour autant, derrière ce chiffre encourageant. Car ce n'est pas en interne que les nouvelles têtes apparaissent : près de la moitié de celles qui ont été nommées cette année n'étaient pas de nationalité française, ou détenaient une double nationalité. Elles représentent désormais un tiers des administratrices du CAC40. Des personnalités qu'Alexandra de la Martinière, présidente d'Ethics and Boards, qualifie de « super vitrines ».

« Si l'idée, c'est de chercher les femmes ailleurs, plutôt que de les promouvoir en interne dans l'entreprise, c'est dommage. J'ai un peu de mal à croire qu'on ne trouve pas de femmes ayant les qualifications nécessaires en France », observe-t-elle dans une interview à Reuters. Autant dire qu'au delà de la loi, un changement de mentalités est sans doute nécessaire. « En France, le profil attendu d'un administrateur est souvent celui d'un dirigeant, alors qu'aux Etats-Unis ou en Angleterre, il s'agit souvent de non-exécutifs, voire d'universitaires », remarque Alexandra de la Martinière. « Si on ne cherche des administrateurs que parmi les directeurs généraux et les PDG, évidemment on ne trouvera pas beaucoup de femmes ».

« Le plus facile est fait : nommer des femmes déjà visibles. Il reste à faire le plus difficile : oser nommer des femmes moins visibles », nous confirmait il y a deux semaines Véronique Préaux-Cobti, directrice générale de Diafora.

E-mail
 

LA SELECTION

Unes4 138x180

DOSSIER

Stéréotypes dans les médias, à l'école, dans les jouets, le sport...

En savoir +

SEXISME ORDINAIRE

Créée en 2011, la page Facebook britannique affichant des photos de « femmes qui mangent dans...
Le député Philippe Vitel évoque la "justice du plumart" à propos de Ségolène Royal. Il fait partie...

DANS L'ACTUALITE

Le Premier Ministre met l'économie au pas, Servier est mort et les femmes ont le droit de vote depuis...
Ils veulent supprimer le smic (de façon transitoire ou non), elles veulent travailler sans être agressées....
Ukraine, choc de simplification... à la guerre comme en économie, les hommes décident.
Où sont les femmes dans l'actu ? On a beau chercher...

Les nouvelles brèves

L'ancienne spécialiste des risques de marché chez BNP Paribas, députée PS depuis 2012, devient la...
La victime avait, dans un premier temps, été accusée d'atteinte à la pudeur.
Si les listes pour les élections municipales sont paritaires dans toutes les villes de plus de 1000...

Débat du moment

Qu'est-ce que la richesse ?

Et si on changeait d'indicateurs pour orienter autrement les politiques publiques ?

Réagir !

Plus de Nouvelles News