ABONNEZ-VOUS    I   CONNECTEZ-VOUS  I   RECEVEZ LA NEWSLETTER  I   AIDE

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Civilisation Mis en ligne le 20/10/11 I Rédaction par Arnaud Bihel
E-mail


Un rapport gouvernemental fait le point sur « l’évolution de la pauvreté en France ». Un chiffre, qui fait état d'une baisse du taux de pauvreté, est aussitôt contesté. C'est oublier que le document fournit d'autres indicateurs, moins biaisés.


Selon le document de 100 pages, publié mercredi 19 octobre par le ministère des Solidarités, le nombre de personnes en dessous du seuil de pauvreté ancré dans le temps a baissé en France de 5,3% entre 2006 et 2009. Il s'établissait en 2009 à 11,8%, contre 13,1% en 2006 (soit 7,1 million de personnes, contre 7,5 deux ans plus tôt).

La pauvreté a reculé, vraiment ? Dès la publication du rapport, Libération fait état des critiques de statisticiens et responsables associatifs, pour qui ces chiffres sont « biaisés ». En cause : cet indicateur de « pauvreté ancré dans le temps ». Il prend en compte les personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté - qui correspond, c'est la norme en Europe, à 60% du revenu médian – mais en conservant 2006 comme année de référence de ce revenu. Sans prendre en compte l'évolution globale de la richesse. Pour l'économiste Jean Gadrey qui dénonce lui aussi une « arnaque », cela revient donc « à minorer le seuil de pauvreté en le bloquant au niveau atteint plusieurs années plus tôt. »

Drôle de mode de calcul, que le gouvernement revendique pourtant : il s'agit bien là de « l’indicateur principal retenu pour mesurer » l'évolution de la pauvreté durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Autres indicateurs

Mais principal ne veut pas dire unique. Et, contrairement au reproche de Libération, le rapport ne cache pas les chiffres moins souriants fournis par d'autres indicateurs de pauvreté. S'il y est « écrit en gras, pour frapper le lecteur », comme le remarque Libé, que « le nombre de personnes en dessous du seuil de pauvreté ancré dans le temps a baissé », il est également mentionné en gras que, selon d'autres indicateurs, la pauvreté a bel et bien augmenté.

  • C'est le cas du taux de pauvreté monétaire relative, plus juste puisqu'il prend en compte, lui, l'évolution du revenu médian. Selon cet indicateur, le taux de pauvreté a augmenté de 0,5% en 2009 pour s'établir à 13,5%, soit 8,2 millions de personnes. Et c'est ce chiffre que le rapport utilise, d'ailleurs, pour les comparaisons internationales. Les plus touchés par cette hausse : les jeunes non étudiants, les familles nombreuses ou monoparentales, les personnes immigrées.

  • Le rapport ne cache pas non plus un autre indicateur parlant : le taux de pauvreté en conditions de vie, « représentatif des difficultés matérielles d’existence des ménages ». Alors qu'il n'avait cessé de diminuer entre 1997 et 2007, « il augmente entre 2007 et 2010, pour retrouver son niveau de 2005. »

Reste aussi que, si le gouvernement ne l'écrit pas, il est très loin de l'objectif affiché en 2007, et qui est l'objet du suivi de ce rapport annuel : réduire d'un tiers la pauvreté en 5 ans. Puisque, même avec les meilleurs chiffres, les auteurs du document ne peuvent constater qu'une baisse de 5,3% en 3 ans. La faute à la crise, se justifie le gouvernement. L'Insee faisait cette même remarque l'an dernier : « L’augmentation du nombre de personnes pauvres peut être rapprochée de la hausse du chômage induite par la crise ». Laquelle n'a pas fini de produire ses effets.

Lire aussi sur LES NOUVELLES news :

13% de pauvres en France... ou 20% (septembre 2010) ;

et notre Dossier "Indicateurs de richesses et bien-être".

E-mail
 

LA SELECTION

Unes4 138x180

DOSSIER

Stéréotypes dans les médias, à l'école, dans les jouets, le sport...

En savoir +

SEXISME ORDINAIRE

  Une lycéenne américaine a conduit Mc Donald's à ne plus proposer de jouets « pour...
Créée en 2011, la page Facebook britannique affichant des photos de « femmes qui mangent dans...

DANS L'ACTUALITE

De la surexposition d'hommes politiques aux faits divers où les femmes sont définies par rapport...
Des anti-austérité et un conseiller du Président de la République amateur de chaussures de luxe...
Le Premier Ministre met l'économie au pas, Servier est mort et les femmes ont le droit de vote depuis...
Ils veulent supprimer le smic (de façon transitoire ou non), elles veulent travailler sans être agressées....

Les nouvelles brèves

L'ancienne spécialiste des risques de marché chez BNP Paribas, députée PS depuis 2012, devient la...
La victime avait, dans un premier temps, été accusée d'atteinte à la pudeur.
Si les listes pour les élections municipales sont paritaires dans toutes les villes de plus de 1000...

Plus de Nouvelles News