ABONNEZ-VOUS    I   CONNECTEZ-VOUS  I   RECEVEZ LA NEWSLETTER  I   AIDE

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Civilisation Créé le mercredi 26 octobre 2011 11:29 Écrit par Arnaud Bihel
E-mail

A l'occasion d'un débat du Conseil de sécurité de l'ONU sur "les femmes, la paix et la sécurité", des militantes du monde entier appellent à « investir dans la non-violence et la démilitarisation ».


Venues de Fidji, de Géorgie, du Sri Lanka, du Pakistan, des Philippines ou des Pays-Bas, onze militantes pour la paix (1) ont rejoint New-York cette semaine. Pour se joindre au mouvement "Occupy Wall Street" (OWS), et pour faire entendre leur voix au siège de l'ONU, où se tiendra vendredi 28 octobre un débat public du Conseil de sécurité sur « les femmes, la paix et la sécurité ». Le message qu'elles veulent porter : « Il est temps d'investir dans la non-violence et la démilitarisation ».

Les militantes portent à l'ONU un autre message, plus consensuel : la nécessité de renforcer la participation des femmes dans la résolution des conflits. C'est le sens de la résolution 1325 adoptée en 2000 par les Nations Unies, et qui sera l'objet du débat de vendredi. En dépit des engagements internationaux, « les femmes continuent de lutter pour être entendues à la table des négociations et aux postes de décision », insiste Sharon Bhagwan Rolls. L'ONU elle-même le reconnaît : « le niveau de participation des femmes aux négociations de paix, aux initiatives de prévention et autres processus essentiels de prise de décision, demeure par exemple d’une faiblesse inacceptable. »

L'attribution au début du mois du prix Nobel de la paix aux Libériennes Ellen Johnson-Sirleaf et Leymah Gbowee, et à la Yéménite Tawakel Karman, a fourni un éclairage sur ce rôle des femmes. Il faut notamment, maintenant, qu'elles servent d'exemple pour la reconstruction en Libye, soulignent les militantes. Evoquant encore ce Nobel, la Géorgienne Nana Berekashvili, de l'International Center on Conflict and Negotiation, rappelle toutefois qu'il « ne suffit pas de récompenser trois femmes. Il faut donner plus de reconnaissance et de moyens aux femmes qui agissent pour le changement partout dans le monde. »


(1) Membres de la coalition d'ONG « Global Partnership for the Prevention of Armed Conflict » (GPPAC)


E-mail
 

Commentaires (Abonné-e : connectez-vous pour commenter)   

 
#1 Michèle 31-10-2011 21:20
BRAVO ! pour l'initiative de ces femmes! Combien de temps cela prendra t'il pour que le message de paix devienne la priorité? Comment pouvons-nous encore laisser se perpétuer cet engagement des Boys envers la guerre! Ce sont malheureusement encore les femmes qui en paient le prix!!! Elles sont les plus nombreuses en tant que victimes: elles sont souvent utilisées comme arme de guerre, on les viole, les torture, les tue! Il faut que cela cesse et que l'investissmeme nt se fasse dans la paix et dans l'élimination de la pauvreté par un meilleur partage des richesses.... Il faut sauver les pauvres et non les banques!
Citer Signaler à l’administrateur
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

LA SELECTION

Unes4 138x180

DOSSIER

Stéréotypes dans les médias, à l'école, dans les jouets, le sport...

En savoir +

SEXISME ORDINAIRE

Le magazine So Foot, rigolard, raconte ce qui ressemble à un viol. Puis retire son article sous pression...
Le Tumblr « Woman tax » s'en prend aux surcoûts que le marketing genré impose aux consommatrices. ...

DON

SOUTENEZ LES NOUVELLES NEWS, FAITES UN DON (défiscalisé à hauteur de 66 %)

jaimelinfo_300x100

DANS L'ACTUALITE

Donnant une impression de semi-nudité, le maillot a déchaîné les commentaires. Mais aux dernières...
Contre le harcèlement de rue, puis contre le fait de regarder les photos volées de stars nues :...
Dans la région Centre l'élue FN au Parlement européen, Jeanne Pothain, n'a jamais fait la moindre...
La directrice de la rédaction du New York Times a été poussée vers la sortie. Victime d'une réputation...

Les nouvelles brèves

Jean-Claude Juncker peut désormais compter sur 9 femmes. A l'arraché. Pas mieux que dans la Commission...
C'est d'abord parce qu'elles sont en première ligne pour fournir les soins.
Nouvelle suite judiciaires à la campagne anti-féministe de l'été 2013.

Plus de Nouvelles News