ABONNEZ-VOUS    I   CONNECTEZ-VOUS  I   RECEVEZ LA NEWSLETTER  I   AIDE

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Élections 2012 Mis en ligne le 04/01/12 I Rédaction par Arnaud Bihel
E-mail

Il y a un an, le PS était en passe de se laisser tenter par l’individualisation de l’impôt : le renoncement au quotient conjugal aurait encouragé l’égalité professionnelle. Las, il n’en est plus question aujourd’hui.


En finir avec le quotient conjugal - soit la possibilité pour les couples mariés ou pacsés de faire une déclaration d'impôts commune - et à la place individualiser l'impôt : c'était l'un des piliers de la « révolution fiscale » prônée par trois économistes de gauche et largement relayée depuis un an.

Mais cette piste semble aujourd'hui abandonnée par le candidat François Hollande. La réforme fiscale selon le candidat socialiste – fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG – ne sera pas une révolution. Elle sera progressive et ne remettra pas en cause le quotient conjugal. Et tant pis si ce mécanisme méritait d'être débattu, pour ce qu'il implique en matière d'égalité entre hommes et femmes.

Le quotient conjugal décourage le travail des femmes

Les promoteurs de la « révolution fiscale » expliquent en effet que le quotient conjugal « décourage le travail des femmes » car c'est l'inégalité salariale dans le couple qui rend ce système d'imposition avantageux (1). Or c'est bien souvent l'homme qui gagne davantage. Une imposition individuelle, qui ne ferait plus dépendre l'impôt d'une personne des revenus de son conjoint, aurait « donc des effets très positifs à la fois sur l’égalité professionnelle hommes-femmes et sur la participation féminine au marché du travail. »

En 2007 déjà, dans Le Deuxième Age de l’Émancipation, Dominique Méda et Hélène Périvier tenaient le même constat et préconisaient également une individualisation de l'impôt. « La femme au foyer effectue un certain nombre de tâches ménagères que l’actif devrait externaliser si sa conjointe travaillait. Ainsi un couple dans lequel l’homme gagne deux fois le SMIC et dont la femme est inactive a un niveau de vie supérieur à un couple de smicards », soulignaient-elles.

La peur du changement

En décembre, les députés Michel Heinrich (UMP) et Régis Juanico (PS), auteurs d'une vaste évaluation des performances des politiques sociales en Europe, faisaient à leur tour la même observation : la Suède pratique l'impôt individuel depuis une trentaine d'années, et « cette politique s'avère particulièrement efficace pour l'emploi des femmes ».

Les deux députés n'osaient pas, toutefois, aller jusqu'à prôner une telle réforme en France. Passer du quotient conjugal à l'impôt individuel ? Trop révolutionnaire, avouaient-ils, puisque ce système est l'un des piliers de la politique familiale française depuis plus de 50 ans. Les promoteurs de la « révolution fiscale » anticipaient cette peur du changement : « Précisément parce qu’il s’agit d’un véritable choix de société, il doit être clairement assumé en tant que tel »

Une couleuvre pour Piketty

D'où, précisément, les réticences à prendre la question à bras-le-corps à l'approche de la campagne présidentielle. Déjà en avril 2011 Michel Sapin, aujourd'hui en charge du projet économique de François Hollande, expliquait n'être « pas favorable » à la suppression du quotient conjugal. « Plus audacieuses, Martine Aubry et Ségolène Royal paraissent préférer l'individualisation », relevait Thomas Piketty, l'un des promoteurs de la « révolution fiscale » et proche du PS, en février dans Libération.

Lire aussi

- Politique familiale :
choc de cultures UMP / Terra Nova

- 2012, l’égalité : des paroles aux actes !

C'est le renoncement qui s'impose aujourd'hui puisque même Thomas Piketty en prend acte. « S'il faut, à mon sens, réformer le quotient conjugal, on peut également le maintenir si on le souhaite », explique-t-il dans Le Monde mercredi 4 janvier. Un belle couleuvre pour celui qui, quelques mois plus tôt, n'envisageait pas de réforme globale de la fiscalité sans individualisation de l'impôt.

Image : François Hollande sur France 2 le 3 janvier 2011


(1) Par exemple, un couple composé d’un seul actif salarié et disposant d’un revenu mensuel de 2 500 € obtient une baisse d’impôt sur le revenu de l’ordre de 6,7% de son revenu ; un couple composé de deux actifs salariés gagnant chacun 1 250 € subit en revanche une hausse d'impôt de l’ordre de 0,4% de son revenu. (in « Les concubins et l'impôt sur le revenu en France », François Legendre et Florence Thibaut, mai 2007)

E-mail
 

Commentaires (Abonné-e : connectez-vous pour commenter)   

 
#4 Pat600 09-01-2012 14:23
Et voilà, comme d'habitude, pour donner au plus défavorisés, on va prendre au moins défavorisés au lieu de chercher l'argent en évitant le gaspillage de l'état et des collectivités. De plus, on revient à l'opposition riches-pauvres. Curieux comme cette opposition ne gène personne à gauche alors que d'opposer les Français aux immigrés est criminel. Remarquez également qu'on se retrouve du côté des perdant avec, pour un couple dont les 2 travaillent deux salaire de 1650€ net...
Signaler à l’administrateur
 
 
#3 Lili 04-01-2012 21:55
Oui enfin si je suis votre raisonnement ça encourage le travail des femmes déjà membres de ménages aisés... qui du coup deviendraient des ménages à double revenu encore plus aisé...

Ce qui creuserait les inégalités sociales (car ces femmes sont souvent diplômées et ont un réseau qui faciliterait leur insertion professionnelle ...)
Signaler à l’administrateur
 
 
#2 Lirelle 04-01-2012 19:23
Hollande est mou... pas dans le sens que lui prêtent ses détracteurs de l'Ump mais pour les femmes on a compris qu'il ne fallait rien en attendre de concret :cry:
Signaler à l’administrateur
 
 
#1 HypathieBlog 04-01-2012 17:48
Pourquoi réformer ? Ils ne sont pas fous : ils y gagnent une domestique gratuite dans le mariage ou le couple à la maison, les femmes choisissent la maternité à une carrière (et font d'ailleurs ensuite des retraitées pauvres !) : tout bénef, la soupe est prête sans débourser un sou, et quand leurs "crises" frappent, les femmes retournent au gynécée élever leurs enfants, débarrassant ainsi le "marché" de l'emploi ! L'insee vante par ailleurs la prolificité de la fâme française !
Signaler à l’administrateur
 

LA SELECTION

Unes4 138x180

DOSSIER

Stéréotypes dans les médias, à l'école, dans les jouets, le sport...

En savoir +

SEXISME ORDINAIRE

Créée en 2011, la page Facebook britannique affichant des photos de « femmes qui mangent dans...
Le député Philippe Vitel évoque la "justice du plumart" à propos de Ségolène Royal. Il fait partie...

DANS L'ACTUALITE

De la surexposition d'hommes politiques aux faits divers où les femmes sont définies par rapport...
Des anti-austérité et un conseiller du Président de la République amateur de chaussures de luxe...
Le Premier Ministre met l'économie au pas, Servier est mort et les femmes ont le droit de vote depuis...
Ils veulent supprimer le smic (de façon transitoire ou non), elles veulent travailler sans être agressées....

Les nouvelles brèves

L'ancienne spécialiste des risques de marché chez BNP Paribas, députée PS depuis 2012, devient la...
La victime avait, dans un premier temps, été accusée d'atteinte à la pudeur.
Si les listes pour les élections municipales sont paritaires dans toutes les villes de plus de 1000...

Débat du moment

Qu'est-ce que la richesse ?

Et si on changeait d'indicateurs pour orienter autrement les politiques publiques ?

Réagir !

Plus de Nouvelles News