ABONNEZ-VOUS    I   CONNECTEZ-VOUS  I   RECEVEZ LA NEWSLETTER  I   AIDE

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Élections 2012 Mis en ligne le 12/03/12 I Rédaction par Arnaud Bihel
E-mail

 

IVGh256De la polémique sur « l'avortement de confort » aux promesses, à gauche, du remboursement à 100%, les questions sur l'IVG ont alimenté la campagne présidentielle ces derniers jours. En laissant de côté la question primordiale du coût pour les hôpitaux.


 

C'est le Front National qui a mis les pieds dans le plat. Le numéro 2 du parti, Louis Aliot, s'en prenait fin janvier à « l'avortement de confort ». Une façon de justifier cette proposition de Marine Le Pen : dérembourser l'IVG si les finances de la sécurité sociale l'exigent.

Si l'expression a choqué, le FN s'est aussitôt justifié en soulignant qu'elle était l'oeuvre d'un médecin, cité en 2009 dans Le Figaro. Exact. Sauf que le médecin en question, Grégoire Moutel, se dit aujourd'hui choqué par l'instrumentalisation de ses propos. Et tout autant par la façon dont ils avaient, à l'époque, été retranscrits par le journal. Ce qu'il avait alors appelé, selon un terme anglo-saxon, « l'avortement de confort », faisait référence à la volonté de certains parents de mettre un terme à une grossesse après que l'échographie du troisième mois a, par exemple, révélé un membre mal formé. Mais, explique-t-il à L'Express, cela ne concerne « pas plus de 15 cas par an alors que dans l'article du Figaro, on fait passer mes propos pour une généralité. »

De moins en moins de centres

Si le Front National est prêt à remettre en cause le remboursement de l'IVG, d'autres candidats veulent au contraire qu'il soit remboursé à 100% (il l'est aujourd'hui à 70 ou 80%). C'est l'engagement qu'a pris François Hollande le 8 mars, rejoignant sur ce point les positions d'Eva Joly (EELV) et de Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche). Une réponse aux revendications de nombreuses associations féministes.

Le candidat socialiste entend par ailleurs « que tous les établissements hospitaliers [publics] de notre pays puissent être dotés d’un centre IVG ». De fait, le nombre de centres hospitaliers dotés d'un centre IVG est en baisse constante en France. De 729 en 2000, il est passé à 639 en 2006 et à moins de 600 en métropole en 2009. Ce qui « constitue indiscutablement une restriction dans les possibilités de choix de femmes », relevait l'IGAS (Inspection générale des affaires sociales) en 2009. Une baisse due essentiellement au « désengagement du secteur privé à but lucratif, lié en grande partie à l’absence de rentabilité de cet acte », déplorait l'IGAS. Les hôpitaux publics prennent aujourd'hui en charge les trois quarts des IVG, contre 60% en 1990.

Revalorisation oubliée

Car pratiquer une IVG coûte cher, pour les établissements eux-mêmes : c'est une activité déficitaire. La question qui se pose ici, c'est celle de la revalorisation du forfait IVG, autrement dit la tarification de l'acte, fixée par le gouvernement, et qui varie entre 200 et 450 euros selon le lieu et la méthode.

Une question pas franchement nouvelle : le 8 mars 2010 Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé, promettait une revalorisation de 50% du forfait accordé par la Sécurité sociale aux établissements et médecins pratiquant l'IVG. Une mesure dont elle estimait le coût à une trentaine de millions d'euros. Mais cette annonce est restée sans lendemain, et le gouvernement ne veut plus en entendre parler aujourd'hui. Son argument ? Cela ferait augmenter la facture pour les femmes.

Avec le remboursement intégral prôné par les candidats de gauche, cette conséquence préjudiciable disparaîtrait. Mais le coût serait d'autant plus élevé pour la sécurité sociale. Dans une campagne électorale placée sous le signe de la rigueur budgétaire, on comprend mieux pourquoi la classe politique s'est bien gardée d'entrer dans les détails.

 

D'autres questions se posent. Doter tous les établissements hospitaliers d'un centre IVG, comme le veut François Hollande, implique aussi de les doter en moyens. Car « toutes les structures hospitalières n’offrent pas l’éventail complet des techniques disponibles pour réaliser les IVG », relevait l'IGAS en 2009. Tandis que beaucoup s'inquiètent du développement des IVG médicamenteuses. La technique, autorisée depuis 1989, est plus simple et moins coûteuse et se développe rapidement : elle concerne aujourd'hui plus de la moitié des IVG. Mais elle n'est pas forcément la plus adaptée.

Autre question : celle du personnel. Car pour pratiquer une IVG il faut plus que des hôpitaux ; il faut des médecins. Or, les spécialistes s'inquiètent du vieillissement de toute une génération de médecins « militants », très sensibilisés à la pratique. Leur prochain départ à la retraite, selon l'IGAS, va rendre « difficile la reconstitution d’un vivier de médecins susceptibles d’assurer la mise en oeuvre de l’IVG. »


 

Photo : Sandrine Goldschmidt


E-mail
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

LA SELECTION

Unes4 138x180

DOSSIER

Stéréotypes dans les médias, à l'école, dans les jouets, le sport...

En savoir +

SEXISME ORDINAIRE

« Oups, j'ai changé d'avis », « Désolée de m'être garée là » : la marque...
Une femme « ne doit pas rire en public » a déclaré le vice-Premier ministre turc. Une...

DON

SOUTENEZ LES NOUVELLES NEWS, FAITES UN DON (défiscalisé à hauteur de 66 %)

jaimelinfo_300x100

Agenda


SPEAK UP !
4 web-conférences interactives

1h30, devant votre écran,
Demandez le programme : Clic ici

SocialBuilder organise les

Rencontres "Education à l'Egalité F-H dans l'Enseignement supérieur"

Jeudi 15 novembre, de 8h30 à 12h30

A Télécom ParisTech, 46 rue Barault, Paris 13

Programme et inscription

<!--[if gte mso 9]> <w:lsdexception locked="false" priority="73" semihidden="false" unhid

DANS L'ACTUALITE

Dans la région Centre l'élue FN au Parlement européen, Jeanne Pothain, n'a jamais fait la moindre...
La directrice de la rédaction du New York Times a été poussée vers la sortie. Victime d'une réputation...
La ministre belge en charge des droits des femmes aurait-elle utilisé les médias pour discréditer...
A Albigny, les adjoints au maire sont 3 hommes et 1 femme. Un vote en deux fois a permis de contourner...

Les nouvelles brèves

Le comité exécutif de la banque allemande comptait 18 hommes. Il y aura désormais... 1 femme et...
Une Saoudienne mariée à un toxicomane actuellement incarcéré vient d‘obtenir le divorce.
La Norvégienne, qui était déjà devenue en 2009 la première femme à accéder au rang de général...

Débat du moment

Qu'est-ce que la richesse ?

Et si on changeait d'indicateurs pour orienter autrement les politiques publiques ?

Réagir !

Plus de Nouvelles News