ABONNEZ-VOUS    I   CONNECTEZ-VOUS  I   RECEVEZ LA NEWSLETTER  I   AIDE

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Parité Créé le mardi 20 septembre 2011 14:02 Écrit par La Rédaction
E-mail

Une nouvelle étude vient confirmer la féminisation des conseils d'administration des grandes entreprises françaises. Le cap des 20% est déjà atteint. Mais "les recruteurs ont mangé leur pain blanc".


« Fini la femme alibi ». Le nouveau baromètre du cabinet Diafora-BoardWomen Partners (BWP) confirme les progrès de la mixité dans les conseils d’administration (CA) des grandes entreprises françaises. Les entreprises du CAC 40 ont désormais franchi la barre des 20 % de femmes administratrices, contre 14% en 2010. Plus de la moitié d'entre elles comptent au moins 3 femmes dans leur CA, « un nombre que l’on peut considérer comme un point de bascule qui rend la mixité réelle et irréversible », estime le cabinet. Seuls deux grands groupes ne comptent encore aucune femme.

Derrière ces 40 plus grandes entreprises, les 80 autres qui composent le SBF 120 restent toutefois à la traîne – de 12% de femmes en 2010 à 14% en 2011.

Les grandes entreprises devancent donc les exigences de la loi Copé-Zimmermann qui fixe cet objectif de 20% pour 2013, et un objectif final de 40 % à l’horizon 2017. Mais cette dernière étape « sera plus ardue », note Diafora. « En nommant les femmes déjà en visibilité, les recruteurs ont mangé leur pain blanc. » Pour atteindre ce palier de 40%, les 120 plus grandes entreprises devront recruter environ 500 administratrices, dont 300 nouvelles entrantes.

Or, « le nombre de noms de femmes qui circule actuellement dans les comités de nomination des

grands groupes est extrêmement limité », souligne Véronique Préaux-Cobti co-fondatrice du programme BWP. Un programme destiné à repérer, rendre visibles et former des femmes ayant le profil et les compétences nécessaires pour exercer un poste d’administratrice au sein d’un grand groupe.

En cause : les exigence de ces comités, qui cherchent à internationaliser les conseils tout en les féminisant. Dès lors, « les groupes limitent les possibilités de promotion de femmes françaises compétentes », déplore le cabinet (59 % des nouvelles entrantes dans les CA en 2011 sont d’origine étrangère, contre 46 % des nouveaux).

S'ajoute à cela l'exigence classique d’avoir exercé de très hautes responsabilités dans l’exécutif de grands groupes et/ou de jouir d’une certaine notoriété dans les affaires ou en politique. Or, rappelle Diafora, « le nombre de candidates connues et identifiées comme ayant ce type de profil diminue avec chaque vague de nominations. »

Et de conclure : « Les entreprises doivent donc cesser de multiplier les exigences et au contraire redoubler leurs efforts pour faire émerger des profils compétents. »

E-mail
 

Commentaires (Abonné-e : connectez-vous pour commenter)   

 
#4 Lili 25-09-2011 20:44
Citation en provenance du commentaire précédent de Nic :
La conclusion de ce texte est la solution : penser autrement, changer les critères de sélection du "connu" vers le "compétent" ou "prometteur"


Vous avez entièrement raison, et ça ne concerne pas seulement les femmes, mais toute personne qui ne présente pas un profil 100 % conforme aux attentes, voire aux stéréotypes.

Comme me l'a fort justement dit un recruteur lucide, "en France on ne vous embauche que si vous avez déjà fait ce qu'on vous demandera de faire, quelque soit votre potentiel"
Signaler à l’administrateur
 
 
#3 Nic 22-09-2011 09:02
La conclusion de ce texte est la solution : penser autrement, changer les critères de sélection du "connu" vers le "compétent" ou "prometteur"
Signaler à l’administrateur
 
 
#2 Lili 21-09-2011 19:41
@Elue..

Et alors, en pratique? A un moment donné c'est aux femmes d'imposer leur parole. De manifester au besoin leur droit et leur volonté. De se prendre en main. On ne peut pas tout attendre des autres, des lois, de la société.
Signaler à l’administrateur
 
 
#1 Elue Opposition 21-09-2011 08:37
Bonjour,

Des femmes dans les conseils d'administratio n, plus de mixité, loin de la parité quand-même, c'est encourageant.

Reste à savoir :
- Prennent-elles la parole?
- sont-elles écoutés?

Ou, est-ce comme dans d'autres configuration, juste de la figuration.

Je pense au conseil municipal de ma ville. Il y a parité, pas égalité.
Les temps de parole ds femmes ne représentent que 10% ( et ce, hors propos du Maire - un homme, évidemment)

Lorsqu'une élue dit 1 mot, un élu en prononce... 9!

C'était une réflexion du matin.
Signaler à l’administrateur
 

LA SELECTION

Unes4 138x180

DOSSIER

Stéréotypes dans les médias, à l'école, dans les jouets, le sport...

En savoir +

SEXISME ORDINAIRE

Plutôt que l'égalité entre hommes et femmes au travail, l'eurodéputé Front National Dominique Martin...
 Le 23 mars, les acteurs de la publicité ont signé une charte des bonnes pratiques dans la publicité...

DON

SOUTENEZ LES NOUVELLES NEWS, FAITES UN DON (défiscalisé à hauteur de 66 %)

jaimelinfo_300x100

DANS L'ACTUALITE

Le Monde observe que dans les quotidiens nationaux, les femmes ne représentent que 20% des personnes...
Les seuls John, Robert, James et Williams plus nombreux que les femmes au sommet. Quand quelques prénoms...
Les - rares - femmes élues au Sénat américain ont davantage tendance que les hommes à proposer des...
Le magazine consacre un long reportage à la misogynie de la Silicon Valley, mais l'illustration de sa...

Les nouvelles brèves

La poétesse, écrivaine et journaliste libanaise ne pourra pas participer au « Printemps de la...
En Allemagne l'écart de rémunération entre hommes et femmes est l'un des plus élevés d'Europe....
Le Brésil devient le 16ème pays d'Amérique latine à intégrer dans son code pénal le crime de féminicide,...

Débat du moment

Qu'est-ce que la richesse ?

Et si on changeait d'indicateurs pour orienter autrement les politiques publiques ?

Réagir !

Plus de Nouvelles News