IVG : les mots et les non-dits de la campagne

 

IVGh256De la polémique sur « l'avortement de confort » aux promesses, à gauche, du remboursement à 100%, les questions sur l'IVG ont alimenté la campagne présidentielle ces derniers jours. En laissant de côté la question primordiale du coût pour les hôpitaux.


 

C'est le Front National qui a mis les pieds dans le plat. Le numéro 2 du parti, Louis Aliot, s'en prenait fin janvier à « l'avortement de confort ». Une façon de justifier cette proposition de Marine Le Pen : dérembourser l'IVG si les finances de la sécurité sociale l'exigent.

Si l'expression a choqué, le FN s'est aussitôt justifié en soulignant qu'elle était l'oeuvre d'un médecin, cité en 2009…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€

css.php