Toujours moins de magistrats face à la délinquance en col blanc

Vitrine de la lutte judiciaire contre les affaires financières, le pôle économique et financier de Paris manque de juges et de procureurs. Les enquêtes sont en danger, s'alarme l'Association française des magistrats instructeurs. Le juge Guillaume Daïeff y voit une manière discrète de dépénaliser le droit des affaires. Et d'étouffer les dossiers sensibles ?


« Biens mal acquis » de chefs d'Etat africains, sondages de l'Elysée, volet financier de l'affaire Karachi... autant d'affaires médiatisées traitées aujourd'hui par le pôle économique et financier du tribunal de grande instance (TGI) de Paris. Mais « c'est l'arbre qui cache le désert », estime Guillaume Daïeff, l'un des magistrats de ce pôle. Juge…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour ajouter cet article à votre classeur.

css.php