La bataille des images

affichePour rendre visibles les inégalités et mieux les combattre, la parité au pouvoir est indispensable. Et elle ne peut advenir que si les inégalités sont rendues visibles. Un cercle vertueux à construire tous les jours.


 

À l’exception du Front National, la plupart des candidats à l’élection présidentielle n’imaginent pas nommer un gouvernement qui ne serait pas paritaire. L’un d’eux « penche » même pour une Première ministre. La mobilisation des associations et les lois sur la parité ont fini par payer. Cependant, tout n’est pas gagné, loin de là. Car la question des droits des femmes est mineure dans les discours des candidats et, surtout, notre imaginaire collectif reste pétri de clichés qui délégitiment la place des femmes au pouvoir et dans certaines professions.

Peut-être anecdotique, mais symptomatique d’un aveuglement des futures élites : à Sciences Po Paris, une tombola organisée par le bureau des élèves à l’occasion du gala de fin d’année fait gagner des nuits d’hôtel et des cravates…. Et rien d’autre. Comme si Sciences Po n’était fait que pour les hommes.

Dans la médecine, les chirurgiennes se rebellent contre leur invisibilité. Elles ont décidé de se mettre en scène dans des photos massivement partagées sur les réseaux sociaux. Une initiative pour faire taire ceux qui considèrent que ce métier doit être masculin et susciter davantage de vocations chez les filles.

Les femmes représentent 52 % de la population, 53 % du corps électoral, et pourtant la question de leurs droits reste secondaire. Pour la rendre plus visible, le collectif 52  fait campagne avec le slogan #LaPuissanceDesVotantes. Et il a fort à faire. En témoigne la réflexion douteuse de Nicolas Dupont-Aignant qui compare la France en Europe à une femme violentée (François Fillon avait parlé de la France qui n’est pas « un pays à prendre comme une femme »). En témoignent aussi les difficultés à faire allonger le délai de prescription des crimes sexuels. En cause notamment : la mauvaise compréhension, par les élus, des raisons du long silence des victimes de ces crimes. En apportant sa notoriété à la cause, Flavie Flament fera-t-elle changer leur regard ?

Les droits des femmes ne sont pas pris au sérieux par les représentants du peuple. Ils sont soit négligés, soit entre les mains d’illusionnistes. Un classement international sur l’égalité des sexes montre que, même dans les entreprises grimpant sur les premières marches du podium, on est très loin de l’égalité. Finalement, seules les grandes patronnes états-uniennes – rares – n’ont pas à se plaindre des inégalités de salaires.

CQFD. ll faut que les femmes accèdent au pouvoir à parité avec les hommes pour donner l’exemple et pour que leurs droits soient respectés. Pour y accéder, elles doivent continuer la bataille des images.

 

Tous les articles de la rubrique Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php