Les femmes journalistes ne capitulent pas en Egypte

Jeudi, Reporters sans frontières (RSF) avait demandé aux rédactions de « cesser momentanément d'envoyer des femmes journalistes en reportage en Egypte », après l'agression sexuelle d’une journaliste de France 3 place Tahrir au Caire. Curieux, pour une organisation supposée prôner la démocratie, d’imaginer empêcher la moitié des journalistes de faire leur travail. RSF ne préconise pas de renoncer à aller en Afghanistan ou ailleurs en raison du danger, ce serait abdiquer devant les terroristes. La position logique de RSF est plutôt de conseiller la protection, pas la fuite.

Vives réactions de la part des syndicats de journalistes. La victime de ces violences elle-même recommande de continuer à envoyer des femmes en prenant des précautions. Tout comme…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour ajouter cet article à votre classeur.

css.php