Les femmes, on s’assoit dessus ?

Des femmes transparentes dans un monde du travail qui réserve ses meilleures places aux hommes… En quelques secondes – un spot et quatre affiches – la campagne du Laboratoire de l’égalité conçue par Médiaprism résonne et sensibilise à la question de l’égalité professionnelle.


Le film

labo1

labo2
Labo3
labo4

« Les femmes, on continue à s’asseoir dessus ou on change pour de bon ? » Voici une campagne de sensibilisation qui devrait faire écho dans l’esprit de nombreuses femmes et interpeller les hommes.

Réalisés pour le Laboratoire de l’égalité par Médiaprism, un film (ci-dessous) et quatre affiches sont conçus pour que les hommes au travail ne puissent plus ignorer ce que les femmes ressentent quand ils les ignorent. On y voit des hommes dans différentes situations de la vie professionnelle se parler entre eux alors que leurs collègues femmes tentent de s’exprimer. Une femme commence une présentation, son collègue lui passe devant et occupe tout l’espace physique et sonore.  Un autre arrache un café des mains d’une autre qui passe par là… Les hommes les ignorent  au point de s’asseoir sur le siège sur lequel elles sont déjà assises.

Du vécu


Pour celles qui verront cette campagne, c’est du vécu. Ce sentiment confus d’être invisible, inaudible au travail, combien l’ont ressenti ? « Lorsque je me suis présentée pour un poste qui venait de se libérer, mon chef m’a regardée avec des yeux écarquillés. Il n’avait, pas une seule seconde, pensé à moi alors que j’avais le profil idéal. ‘J’ai nommé Untel ‘, m’a-t-il dit abruptement. Untel n’avait ni mes diplômes, ni mes carnets de commande, ni mon ancienneté », s’agace encore Catherine…  « Ce qui m’exaspère c’est de n’être pas entendue en réunion. Je propose une idée mais elle est attribuée à un collègue masculin » renchérit Nathalie. « Et puis ils m’énervent à parler foot, comme s’ils voulaient nous exclure du groupe »….  « Je ne supporte plus qu’ils se permettent de décider à ma place. Il y a quelques jours ils ont décidé d’envoyer Loïc en Chine à ma place alors que j’ai monté le dossier fournisseur depuis le début. Et ils m’ont dit avec cette fausse bienveillance habituelle qu’ils pensaient que c’était mieux pour mes enfants… », ajoute Claire.
Comportement conscient, inconscient ?…. En tout cas, cette campagne traduit une prise de conscience qui est en train de s’opérer petit à petit. L’association Financi’elles l’avait déjà mis en exergue en décembre dernier : présentant une étude sur les attentes en matière d’égalité, Financi’elles  avait donné la parole à des managers qui  ne confiaient pas les postes à responsabilité aux femmes persuadés qu’elles n’en avaient pas envie… Bref, quand elles disent oui pour les postes à responsabilité, ils entendent non. 
Les spots seront diffusés sur des médias à forte audience comme TF1 ou le site d’Orange ou encore sur le site et sur les télévisions de la Poste et en affiche à la RATP. Médiavision va aussi le diffuser dans 350 salles de cinéma. Les espaces étant offerts pour la cause.

Vont-ils s’asseoir dessus ?


Ne pas exclure, non plus, que certains hommes se sentent agressés lorsqu’on leur demande de partager le pouvoir avec les femmes. D’autre, la majorité, estiment – en dépit des chiffres – que l’égalité est déjà là. Leur stratégie est d’ignorer ce type d’initiative. Le risque est de les voir s’asseoir sur cette campagne…

Le Laboratoire de l’égalité, fondé en 2010, rassemble près de 700 personnes de tous horizons – associations, entreprises, élus – partageant la volonté de faire avancer l’égalité entre hommes et femmes.
Il a notamment présenté un « Pacte pour l’égalité » à tous les candidats à l’élection présidentielle. François Hollande et Eva Joly l’ont déjà signé. Ce pacte prévoit la parité et l’accès des femmes aux responsabilités, l’égalité salariale, l’implication des pères et la conciliation des temps de vie, le partage d’une culture de l’égalité

Tous les articles de la rubrique Politique & Société

17 réflexions sur “ Les femmes, on s’assoit dessus ? ”

  1. Propagande victimaire et dévalorisante pour les femmes ! Les femmes ne seraient donc pas capables de rouspéter lorsqu’on les pousse ?
    Elles ne seraient pas capables de se défendre lorsqu’on leur coupe la parole ? Si nous comprenons bien les femmes ne savent que se comporter en victimes….
    Quelle vision rétrograde et dégradante. Les femmes doivent refuser d’être considérées comme des victimes nées, il faut absolument boycotter ce type de campagne publicitaire !

  2. « Will »
    Propagande victimaire et dévalorisante pour les femmes ! Les femmes ne seraient donc pas capables de rouspéter lorsqu’on les pousse ?
    Elles ne seraient pas capables de se défendre lorsqu’on leur coupe la parole ? Si nous comprenons bien les femmes ne savent que se comporter en victimes….
    Quelle vision rétrograde et dégradante. Les femmes doivent refuser d’être considérées comme des victimes nées, il faut absolument boycotter ce type de campagne publicitaire !

    supprimer la campagne , parce que l’image des hommes vous déplait ?

  3. Non, parce que l’image des femmes lui déplait. Ce qui peut se comprendre. On est capables a priori de virer le gars qui s’asseoit de force à notre place.

  4. C’est une bonne initiative mais il faudrait que ce soit accompagnee de vraies actions: une greve nationale des femmes si leurs salaires ne sont pas valorisees au niveau de celui des hommes? car auj les hommes s’assoient sur ce genre de pub, ils en rient, mais rien ne changent. Le 20eme siecle a vu des avancees incroyables pour l’egalite homme-femme en France et dans le monde. Mais non seulement le combat n’ai pas fini car l’egalite n’est pas encore qu’un leurre, et pire, de nombreux acquis sont aujourd’hui menaces et les stereotypes reviennent !

  5. Je trouve cette campagne très ratée et très bête. Elle victimise, elle conforte ds l’idée d’une certaine fatalité. Il faut arrêter ce genre de campagne inutile et agir. Par exemple, s’il y a des lois, il faut les appliquer. Ce minutage du temps de tâches ménagères également me paraît complètement grotesque. En revanche, le fait que des partis politiques puissent ne pas présenter en tête de liste autant d’hommes que de femmes devrait être impossible.

  6. @Blenheim : facile de demander des actions qui ne vous gênent pas (je suppose que vous n’êtes pas un potentiel tête de liste à une élection), et de trouver ridicule celles qui vous concernent (sans minuter les tâches ménagères, un partage égal est indispensable pour que l’égalité homme-femme existe dans le monde du travail…)

  7. A mon avis, le vrai problème, c que ce genre de pub donne d’autant plus envie à bcp d’hommes de se comporter de la sorte, et de ne considérer les femmes que comme une sorte de réceptacle pour leurs fesses, finalement pas loin des toilettes quoi… Ca peut paraître fou, mais l’idée est tentante pour énormément d’hommes de rabaisser les femmes à ce genre de « commodités »… Et finalement, l’idée qu’une femme soit une « machine à pipes », ou une chose à seins et aux jambes écartées, n’est pas si éloignée de cette idée d’objectisation encore plus poussée..

Les commentaires sont fermés.