LU SUR LA TOILE, 12 août

La crise, en attendant le chaos

« Rassurer les marchés », voilà l'antienne en cet été de crise. « L'Italie va taxer davantage les revenus de la finance », titrent LesEchos.fr. Mais surtout, ses partenaires européens lui ont « demandé de libéraliser entièrement ses services publics locaux et d'effectuer des privatisations ». LaTribune.fr s'arrête sur l'Espagne, qui « vise les entreprises pour remplir ses caisses ». Mais en fait pas vraiment. Une économiste constate : « on arrive à un moment où instaurer davantage d'austérité, c'est tuer définitivement la croissance. »

« Si l’Espagne et l’Italie basculent, adieu Berthe ! » : dans un texte apocalyptique, l'économiste Frédéric Lordon observe aussi cette « contradiction patente entre politiques d’austérité et relance de la croissance ». Et voit déjà un système financier en ruines.

En Iran, réalisatrices sous pression

Dans un tout autre univers, même s'il est également question de cinéma, L'Express.fr juge, au regard de deux comédies de l'été - Bad Teacher et Mes Meilleures Amies – que « la barrière entre film de filles et film de garçons s'est brisée. ».

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€