LU SUR LA TOILE spécial LIBYE

Pétrole, réfugiés, diplomatie... revue de presse en ligne sur les à-côtés de la révolution libyenne :

25 février

La situation en Libye toujours au coeur de la diplomatie internationale. Rfi.fr fait le point sur les derniers développements. Washington et l'ONU se préparent à des sanctions, mais il est « peu probable que des mesures soient décidées ou annoncées dès vendredi », signale leMonde.fr.

Tandis que le blog du Monde Diplomatique « Nouvelles d'Orient » se penche sur cette question, de plus en plus fréquente : « Faut-il intervenir militairement en Libye ? »

23 février

Rente pétrolière, immigration, instabilité tribale et absence d'opposition, expatriés pris au piège... Rue89 explique « pourquoi l'Occident ne vole pas au secours des Libyens ». Et conclut : « Avec l'exemple libyen, un constat s'impose. La diplomatie des droits de l'homme, qui a eu le vent en poupe après la chute du mur de Berlin, est aujourd'hui délaissée. Les interventions humanitaires et le rétablissement des droits de l'homme en cas d'agression sont aujourd'hui des actions qui ne mobilisent plus la communauté internationale. »

« C'était quand même bien, non ? ». Grinçant, cafebabel.com revient également sur le réchauffement des relations, ces dernières années, entre Khadafi et l'Europe - France, Italie, Espagne ou Allemagne – qui « avait juste intérêt à jouer le jeu du roi bédouin ».

« L'aveuglement de l'Europe a été criminel ». Dans Libération, la chercheuse fustige « le cynisme sans borne des gouvernants européens ».

22 février

Du pétrole, des armes, des milliards investis... Les Echos reviennent sur « les solides liens économiques et financiers internationaux » de la Libye. Depuis que Khadafi a retrouvé sa respectabilité en 2006, « les pays occidentaux se sont livrés à une véritable course aux trésors financiers et énergétiques libyens. »

Principal partenaire du pays : son ancien colonisateur, l'Italie. « Qui redoute la fin des bonnes relations économiques avec la Libye et un afflux de réfugiés fuyant la répression sur ses côtes », explique La Croix. Le Monde signale les commentaires acerbes de la presse italienne sur l'ambiguïté diplomatique de Rome.

Dans le même journal, des diplomates français s'en prennent quant à eux au Quai d'Orsay et à l'Elysée, en fustigeant « l'amateurisme », « l'impulsivité », les « préoccupations médiatiques à court terme » et le « manque de cohérence » de la politique étrangère française.

La presse française s'est également agitée, mardi 22 février, autour de l'éventuelle disparition sur le site de l'Elysée des photos du séjour de Khadafi à Paris fin 2007. L'Elysée a affirmé ne jamais les avoir publiées. Erreur. Elles avaient en fait été publiées dans une autre galerie, remarque Owni.fr qui publie les clichés.

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€