Les principaux partis égyptiens balaient l’égalité

En Égypte les partis islamiques, qui représentent la grande majorité de la nouvelle Assemblée, refusent de s'engager pour les droits des femmes, fait savoir Amnesty International.


La future Constitution égyptienne « doit se fonder sur la non-discrimination et l’égalité entre hommes et femmes », exhorte Amnesty International. Au Caire, l'Assemblée du peuple nouvellement élue tenait sa première séance, lundi 23 janvier. Entendra-t-elle cet appel ? Rien n'est moins sûr. L'ONG avait soumis aux partis politiques égyptiens en campagne un « manifeste des droits humains », qui contenait 10 engagements (détaillés ici) ; les réponses dévoilées mardi n'incitent pas à l'optimisme.
Mettre un terme à l'état d'urgence, combattre la torture, garantir l'équité des procès, faire respecter la liberté d'association et d'expression,…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour ajouter cet article à votre classeur.

css.php