Changer de regard

Actrices sexy, filles nulles en maths, écriture inclusive, chiffres… En posant un autre regard sur l’actualité, l’égalité pourrait devenir une évidence.


Sara Forestier a surpris les médias en refusant d’être maquillée lors d’une émission télévisée ; non pas parce qu’elle n’aime pas le maquillage mais parce qu’elle refuse les injonctions faites aux femmes en général et aux actrices en particulier. « Il n’y a pas d’objet du désir, il n’y a que des sujets désirants. L’objet du désir, ça se construit et ça s’invente ,» écrivait le sociologue Jean-Marie Domenach. Les « sujets désirants » qui font les médias ont tendance à ne présenter les femmes que comme des « objets de désir ». En refusant le maquillage, l’actrice et réalisatrice appelle à poser un autre regard sur les femmes.

Dans l’Éducation nationale, on est passé pas loin d’une grosse boulette. La communication du dispositif “Devoirs faits” mettait en scène deux élèves qui ne comprennent pas un exercice de mathématiques… deux filles. Face à de vives protestations le ministère a revu sa copie. Pourquoi laisser croire que la nullité en maths est une tare féminine alors que cela ne correspond à aucune réalité ? Il est temps de changer de regard ici aussi.

Du côté de l’écriture inclusive, en revanche, ça piétine toujours un peu. Faire tomber la règle voulant que « le masculin l’emporte » suscite de vives critiques, qui ne portent d’ailleurs pas tant sur le fond que sur la relativité du sujet : il serait bien moins important que beaucoup d’autres. Pourtant, celles et ceux qui défendent cette écriture inclusive sont aussi des personnes qui luttent contre bien d’autres fléaux. Et quand on y regarde de plus près, ce n’est pas si compliqué. Le Québec est bien plus audacieux : Montréal est désormais dirigé par une mairesse. Une féminisation des mots plus marquée qu’en France sans que la langue française soit tombée dans un “péril mortel”.

Après les lettres, les chiffres. Derrière le cyber-harcèlement, il y a des forums, appartenant à des groupes de médias, sur lesquels ces harceleurs s’organisent. Plus ces médias ont d’audience, plus ils engrangent de publicité. Et si les annonceurs ne se contentaient plus de lorgner sur les chiffres de l’audience, mais d’ouvrir les yeux sur l’éthique des contenus qu’ils financent ? Déjà une dizaine de marques ont répondu positivement à cet appel au boycott.

Et puis il y a les chiffres du budget de l’État consacré à l’égalité entre les femmes et les hommes. Augmentation, ou fléchage différent ? Arnaud Bihel a décortiqué les chiffres, et le constat de notre journaliste n’est pas le même que celui du gouvernement. Changer de perspective, un premier pas pour ouvrir la voie à une vraie augmentation de budget ? La marche vers l’égalité, ça peut être simple comme un regard qui se déplace.

 

Tous les articles de la rubrique Point de vue

3 réflexions au sujet de « Changer de regard »

  1. Merci pour cet édito qui me réjouit. Je travaille chez Companieros pour ce changement de regard qui doit faire du sujet une évidence, parce qu’au fond c’est bien de bon sens dont il s’agit.

  2. Blablabla, dans notre pays, une femme fait ce qu’elle veut quand elle veut, elle n’est victime d’injonctions que si elle le veut bien, sauf forcée bien évidemment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php