Des sénateurs veulent protéger l’appellation “sondage politique”


Plus d’un millier par an. Plus que le pays des fromages, la France est celui des sondages. Et en particulier des sondages politiques. Une prolifération qui nécessite de revoir la loi, estiment le sénateur UMP Hugues Portelli et son collègue PS Jean-Pierre Sueur. Ils réclament davantage de transparence et un contrôle renforcé.



La France est une des plus grosses consommatrices au monde de sondages politiques. Un pays « drogué aux sondages », estime même le sénateur (MoDem) Yves…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d’exister.

Pour accéder au contenu vous devez soit vous connecter soit vous abonner

css.php