Deux Irlandaises live-tweetent leur parcours pour avorter

Chaque jour, une douzaine d’Irlandaises doivent se rendre au Royaume-Uni pour avoir recours à une IVG.


L’attente, l’ennui, le manque de sommeil, la nécessité de passer 48 heures loin de chez soi pour avorter… C’est ce qu’ont raconté deux Irlandaises les 20 et 21 août, sur le compte Twitter @TwoWomenTravel (« deux femmes voyagent »).

Les deux femmes ont dû, « comme 12 Irlandaises chaque jour en moyenne », rappellent-elles, se rendre au Royaume-Uni pour avoir recours à une IVG, car la procédure reste passible de prison en Irlande. L’avortement n’est autorisé (depuis 2013) que dans les situations où la grossesse est menacée par un « risque réel et…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d’exister.

Pour accéder au contenu vous devez soit vous connecter soit vous abonner

css.php