Accueil Sport #CommeUneFille, Laure Boulleau comme nouvelle ambassadrice

#CommeUneFille, Laure Boulleau comme nouvelle ambassadrice

par Sonia Bennis
Laure Bouleau #CommeUneFille

Laure Boulleau #CommeUneFilleAlways encourage les filles à faire du sport en leur proposant des modèles féminins. En France, la footballeuse du PSG et des Bleues Laure Boulleau est la nouvelle ambassadrice de la campagne #CommeUneFille.


 

À 17 ans, 41% des filles auront arrêté le sport. « Changer les règles du jeu et encourager les filles à faire du sport », c’est l’ambition du quatrième volet de la campagne #CommeUneFille lancé mardi 28 juin par la marque Always.

En France, c’est la footballeuse Laure Boulleau, vice-championne de France avec le PSG depuis 2012, arrière-gauche de l’équipe de France, qui a été choisie comme ambassadrice pour offrir un exemple de femme sportive, un « rôle modèle » auquel les filles peuvent s’identifier, leur donnant envie de faire du sport.

Il y a deux ans, Always lançait la campagne #CommeUneFille, pour dénoncer le sens péjoratif de cette expression et le rendre positif. L’année dernière, la marque y ajoutait le slogan « Rien ne t’arrête », invitant les filles à dépasser les limites que la société leur fixe.

Voir : « Comme une fille » : nouveau buzz pour Always

Elle poursuit sur cette lancée en les incitant à pratiquer le sport qu’elles veulent, sans se soucier des stéréotypes. La nouvelle vidéo, lancée à l’international, montre des filles pratiquer différents sports habituellement considérés comme masculins, comme le rugby, le basket et la boxe. Elles commentent en donnant des exemples de remarques sexistes qu’on leur a faites pour les détourner du sport avant d’affirmer que les filles peuvent pratiquer le sport qu’elles veulent, « et même devenir capitaine de l’équipe ».

https://www.youtube.com/watch?v=3Fgo10oN3P0

Laure Boulleau a commencé le football dans la cour de récré, s’imposant auprès des garçons avant d’être repérée par un entraîneur. « Je me suis battue pour m’imposer en tant que fille dans un milieu de garçons », affirme-t-elle, assurant qu’« être une fille, c’était un gros obstacle au début ».

« Avoir un modèle, ça ouvre le champ des possibles »

La campagne #CommeUneFille a pour objectif premier de lutter contre la perte de confiance en soi que connaissent les filles à la puberté – le moment où souvent elles abandonnent le sport. Selon Always, « 84 % des filles qui ont abandonné le sport pendant la puberté avaient l’impression qu’elles n’étaient pas faites pour le sport » et « 69% des filles souhaiteraient voir plus de modèles sportifs féminins ».

Laure Boulleau déplore en effet l’absence de filles sportives dans les médias, que ce soit les publicités ou les séries, qui ont une forte influence sur les jeunes filles. Pour la footballeuse, « avoir un modèle, ça ouvre le champ des possibles ». Son propre modèle était un homme, Bixente Lizarazu, ce qui a été perturbant à l’adolescence où trouver un exemple féminin est important.

Le sport pour garder confiance en soi

« Faire du sport, ce n’est pas une chance, c’est tout simplement un droit », déclare Laure Boulleau. La pratique du football, assure la joueuse, a construit sa personnalité et l’a rendue combattive, confirmant les études selon lesquelles la pratique régulière du sport augmente la confiance en elles des filles.

Voir : La compétition sportive favorise le leadership des femmes

Pour la marque, le sport joue un « rôle crucial » dans la confiance en soi et notamment pendant cette « période très critique pour une fille » qu’est la puberté. « Le sport m’a permis de passer cette étape un peu plus en douceur », raconte Laure Boulleau qui affirme que le football a construit sa personnalité et l’a rendue combattive.

Et la santé ?

Always affirme s’engager pour les femmes, mais cela n’empêche pas toujours les critiques. « C’est le même fabricant qui ‘vous aide à rester fraîche tous les jours’, qui veut résoudre ces problèmes », dénonçait Emily Shire en 2014. Avec 200 millions de vues, #CommeUneFille est avant tout une campagne de communication réussie que la marque a tout intérêt à poursuivre.

Voir : Quand la pub se pique de féminisme

Pour ce qui est de l’engagement féministe, la santé des femmes ne fait pas partie des luttes embrassées par la marque, qui rechigne à être transparente sur ses produits. Ainsi, tout en affirmant qu’ils ne présentent pas de risque, Always refuse d’afficher leur composition exacte et les procédés de fabrication. Elle entretient le flou, affirmant par exemple que ses serviettes sont blanchies « sans chlore élémentaire », ce qui n’empêche pas l’utilisation de dérivés chlorés qui ont des effets néfastes sur la santé. Par ailleurs, en février dernier, le site 60 millions de consommateurs affirmait avoir trouvé des résidus d’insecticides dans des produits Always.

Voir aussi : Mélanie Dorflinger, insurgée pour changer les règles

 

Voici quelques-uns des rôles modèles des sportives :

Sarah Ourahmoune : « Quand j’ai commencé la boxe, les combats étaient interdits aux femmes »

Suzanne Lenglen, la révolutionnaire

Free to Run : Courir pour des idées

Football : un « onze mondial » féminin, un « pas vers l’égalité »

Carli Lloyd, meilleure joueuse 2015 (mais pas Ballon d’or)

Corinne Diacre, meilleur.e entraîneur.e de Ligue 2

Justine Siegal, briseuse de barrières

Avec Jen Walter, une nouvelle porte s’ouvre

Stephanie Roche, mieux que James et Van Persie ?

 

Enregistrer

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire