Accueil Politique & Société Les femmes SDF, particulièrement vulnérables

Les femmes SDF, particulièrement vulnérables

par Hortense Lasbleis

Des associations alertent sur la situation des personnes sans abri. Problème de santé et de violence : les femmes, souvent invisibles au sein de cette population, sont particulièrement vulnérables.

Une campagne du Samusocial en 2017 était consacrée aux femmes SDF. / Samusocial

Le président du Samu social a réclamé un « plan Marshall », il y a quelques jours, sur Europe 1. Loin de la promesse du candidat Macron de ne plus avoir personne à la rue, 1300 personnes appellent le 115 chaque jour, sans que l’organisation puisse leur apporter une réponse. « Ce nombre a doublé depuis l’année dernière », souligne son président Eric Pliez. Parmi ces appels, ceux de femmes qui ont accouché il y a quelques semaines à l’hôpital Lariboisière. Elles ne savent pas où aller mais l’établissement n’a pas les moyens de les prendre en charge correctement. 

Les femmes sans abri semblent moins présentes que les hommes dans l’espace public. Pourtant, elles représentent 38% des personnes sans domicile fixe, selon les dernières données de l’Insee, datant de 2012. Dans la tranche d’âge 18 – 29 ans, elles sont 48%. Si elles sont moins visibles, c’est en partie parce qu’elles ont un peu plus accès que les hommes à des hébergements temporaires (hôtels, centres que l’on doit quitter le matin…), toujours selon l’Insee. Mais aussi parce qu’elles se cachent.

Une peur constante

En effet, qu’elles soient à la rue pendant quelques heures ou toute la journée, les femmes sont particulièrement vulnérables dans cet espace. Claire Lajeunie a écrit un livre sur la vie de ces « invisibles », avec lesquelles elle a passé cinq mois. « La terreur est la norme quand on est une femme dans la rue », affirme-t-elle. Car le risque d’être violée ou agressée sexuellement est grand. Il n’y a pas de chiffres clairs sur le sujet, indique un article de France Info. Mais il s’agit « d’une femme sur trois », selon Agnès Lecordier, fondatrice d’une fondation d’aide aux femmes vivant dans la rue. Pour l’association Entourage, toutes les huit heures, une femme SDF est agressée sexuellement. Parfois, cela se passe à l’intérieur des centres d’hébergements. D’où l’importance des lieux d’accueil non mixtes. Certains prédateurs proposent un « accord » : du sexe en échange d’un hébergement, ou d’une forme de protection. Porter plainte lorsque l’on a subi des violences sexuelles est souvent difficile, notamment à cause d’un manque de formation des policiers et gendarmes. C’est encore pire lorsque la victime appartient à un groupe marginalisé, que l’on cherche parfois à cacher, voire à criminaliser .

Le manque de soin

En plus de ce risque constant, quand on vit dehors, il faut se débrouiller pour trouver à manger, à boire, parvenir à se laver… et à se protéger lorsque l’on a ses règles. Or, les protections hygiéniques coûtent très cher. De nombreuses femmes y renoncent et se débrouillent autrement, en utilisant le papier toilette des WC publics, par exemple. Ce qui, combiné à un accès difficile à des lieux propres, n’est pas sans conséquence sur leur santé. Le Fonds des nations unies pour la population rapporte ainsi qu’une corrélation  a été observée entre mauvaise gestion des règles et augmentation du risque d’infections, comme les mycoses ou les cystites. Plusieurs associations distribuent des protections hygiéniques aux femmes vivant dans la rue. C’est le cas de Règles élémentaires, mais aussi de l’Association pour le développement de la santé des femmes (ADSF). Elle lutte pour un meilleur accès aux soins de cette population, notamment en se rendant directement auprès d’elle, sur le terrain. « Les hommes en situation de précarité ont cinq fois moins accès aux soins que la population générale. C’est neuf fois moins pour les femmes ! » souligne l’ADSF sur son site.

Lire aussi dans Les Nouvelles News

Mobilisation politique en règle pour l’hygiène menstruelle

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire