Les moyens de ses ambitions égalitaires

De la Suisse à l’Espagne en passant par la France, du congé parental au harcèlement sexuel en passant par l’innovation scientifique, l’égalité demande des moyens que ses prétendus promoteurs ne veulent pas toujours lâcher.

La ville de Lausanne en Suisse a consacré 50.000 CHF (près de 42000 euros) à une vidéo drôle et intelligente pour lutter contre le harcèlement de rue. Le film invite à un voyage vers le futur dans lequel les visiteurs du musée seraient choqués de voir que des comportements sauvages sont aujourd’hui considérés comme normaux.

50.000 CHF, ce n’est pas rien. L’égalité n’a pas de prix mais elle a un coût. Un coût que le président de la République ne veut décidément pas assumer en France. Un front syndical uni vient de le dénoncer : Emmanuel Macron s’oppose au projet de directive européenne qui prévoit un congé parental mieux rémunéré au motif que cela coûterait trop cher. Et les syndicats ne manquent pas de rappeler que le quinquennat de l’actuel locataire de l’Elysée doit être celui de « l’égalité femmes-hommes grande cause nationale ». « Incohérent » dénoncent-ils.

Au Festival de Cannes, la secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes s’est organisée pour sensibiliser à la lutte contre le harcèlement sexuel en communiquant sur le thème « comportement correct exigé ». Une opération à faible coût, mais les femmes cinéastes rappellent que l’égalité est aussi question de gros sous. Tant que les financements des films et les Prix, Palmes et autres Césars de cinéma seront attribués à partir de critères « virils », l’égalité restera un vœu pieux.

Dans le milieu économique et scientifique aussi il faudra changer les critères de sélection pour voir davantage d’inventrices et permettre à l’humanité de libérer « tout son potentiel innovateur et créatif » ainsi que le dit le patron de l’agence de l’ONU en charge de la propriété intellectuelle. Les femmes engagées pour le progrès humain ne manquent pas. Claire Nouvian en est une. Il faut les rendre plus visibles pour décomplexer l’invention par les femmes.

Changer de regard, changer de critères ça demande de l’énergie, de la communication et aussi souvent des sous. Le plus souvent, pour obtenir les moyens de ses ambitions égalitaires,  pas d’autre choix que de descendre dans la rue. Les Espagnol.es l’ont fait, en masse, plusieurs fois avec un certain succès : des engagements sérieux de la part d’un gouvernement conservateur a priori peu favorable aux ambitions égalitaires. Mais la route est encore longue

Tous les articles de la rubrique Point de vue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php