Payées 15,8 % de moins que les hommes, les femmes travaillent gratuitement dès le #4Novembre9h10 

par La rédaction

Cette année encore, la newsletter féministe Les Glorieuses livre ses calculs et revendications. Compte tenu des écarts de salaires entre femmes et hommes, les femmes commencent à travailler gratuitement ce vendredi 4 novembre dès 9h10.

Le calcul est réalisé à partir des données Eurostat qui indiquent que les femmes gagnent en moyenne 15,8% de moins que les hommes en France. Pas vraiment glorieux quand, en Europe, l’écart est de 13%. Le calcul prend en compte les entreprises de 10 salariés ou plus, secteurs publics et privés confondus et tient compte des gains horaires bruts moyens. Le pourcentage d’écart salarial est ensuite appliqué au calendrier des jours ouvrés.

En France la situation est relativement stable. En 2020 déjà, les femmes commençaient le travail gratuit le 4 novembre.

Lire : LES GLORIEUSES APPELLENT À UN PLAN DE RELANCE ÉCONOMIQUE FÉMINISTE

Les Glorieuses appellent à en finir avec ces écarts de salaire en suivant trois pistes.

Tout d’abord, « appliquer le principe d’éga-conditionnalité ». Il s’agirait de « conditionner l’accès aux marchés publics, l’obtention des subventions publiques et celui des prêts garantis par l’Etat au respect de l’égalité salariale au sein de sa structure. » Une revendication féministe encore très peu entendue par les gouvernants.

Lire : NOUVEAU PLAIDOYER DU HCE POUR L’ÉGA-CONDITIONNALITÉ DES FINANCEMENTS PUBLICS

Ensuite  « revaloriser les salaires des emplois où les femmes sont les plus nombreuses » : « À titre d’exemple parmi tant d’autres, les femmes représentent en France 90,4% des infirmières, 87,7% des sage-femmes et 65,7% du corps enseignant. Ces emplois de soin et d’éducation, très féminisés, ont été cruciaux ces deux dernières années pour la France. Une réévaluation économique de toutes les professions à prédominance féminine est indispensable, et ce, sans plus attendre. »  dit la pétition.

Lire : LE JOUR D’APRÈS : LA VALEUR SOCIALE DES MÉTIERS

Enfin  « soutenir un congé parental équivalent pour les deux parents » Pourquoi ?  « Ce congé, à l’image de celui mis en place en Suède, permettrait aux hommes et aux femmes de jouir d’un congé maternité (post naissance) et d’un congé paternité de même durée. Ainsi, le temps imparti peut être partagé équitablement entre les deux parents. Il est essentiel de permettre aux couples de vivre leur parentalité de façon égale dès aujourd’hui. » explique la Newsletter. Ajoutons qu’il mettrait les hommes et les femmes à égalité devant des employeurs craignant des absences.

Lire : LES PÈRES TOUJOURS TRÈS PEU CONCERNÉS PAR LE CONGÉ PARENTAL

Lire aussi dans Les Nouvelles News

LES FEMMES PLUS DIPLÔMÉES MAIS BIEN MOINS RÉMUNÉRÉES QUE LES HOMMES

CONGÉ PARENTAL : UNE DIRECTIVE EUROPÉENNE A MINIMA

DOSSIER ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE

Partager cet article

1 commenter

William 4 novembre 2022 - 11:57

C’est assez marrant (plutôt effrayant) de voir, qu’aujourd’hui, en 2022, il y a toujours autant de mensonges et fake-news publiés par les médias sur le rapport entre le salaires des femmes et des hommes.

INSEE, étude n° 1803 du 18/06/2020 :
« L’écart de salaire moyen en EQTP entre les femmes et les hommes pour un même poste se réduit donc à 5,3 % dans le secteur privé en 2017 »

Et, selon l’INSEE, on ne sait pas dire si ces 5,3% sont dus à une discrimination sur le sexe ou à d’autres facteurs « mécaniques » non identifiés dans les études à ce jour.

Les 15,8% d’écart peuvent se rapprocher de l’écart entre les salaires perçus par les hommes et les femmes si on ne tient pas compte des types de poste occupé.
Après, certaines personnes peuvent souhaiter un modèle de société où une homme de ménage et une neuro-chirurgienne touche le même salaire, c’est leur droit.
(sans chercher à manquer de respect aux femmes de ménage, ma mère en était une)

Il n’y a que 2 solutions pour qu’il y ait une égalité salariale complète : Soit il faut qu’il y ait exactement le même nombre d’employés femmes et hommes dans chaque poste, dans chaque secteur d’activité. dans chaque taille d’entreprise, et dans chaque région. Soit que tous les employés de France touchent exactement le même salaire, quelque soit le poste, la technicité, les responsabilité, la pénibilité, la durée de travail, l’expérience, la région…
Pourquoi pas. Moi, perso, je suis pour.

Ce serait un monde intéressant à expérimenter

Répondre

Laisser un commentaire