Sénatoriales : quand une suppléante doit se décliner au masculin

La commission chargée du contrôle des sénatoriales en Mayenne a recalé un bulletin de vote… car elle refuse l’usage du féminin “suppléante”.


 

Suppléante ? En Mayenne, cachez ce mot, en tout cas le “e” final. Pour les élections sénatoriales dans ce département, douze candidat.e.s se disputent les deux sièges à attribuer au scrutin majoritaire. À l’image nationale de ces sénatoriales, il y a trois fois plus d’hommes que de femmes : respectivement 9 et 3. Et à l’inverse, la loi voulant que titulaires et remplaçant.e.s ne soient pas du même sexe, ce sont 9 femmes qui sont…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d’exister.

Pour accéder au contenu vous devez soit vous connecter soit vous abonner

css.php