21 août, la Terre à crédit

par Arnaud Bihel

Ce samedi 21 août marque le « jour du dépassement » des ressources terrestres. Depuis les années 80, nous vivons au dessus des moyens de la planète. Cet « Overshoot Day », calculé par une organisation californienne, symbolise ainsi la date à laquelle le budget écologique annuel de la Terre passe dans le rouge.


 

En 1960, l’Humanité consommait seulement la moitié de la capacité annuelle de la Terre en ressources naturelles. Mais, depuis le milieu des années 1980, le rapport entre la consommation mondiale et la biocapacité s’est inversé. Et le fossé n’a cessé de s’élargir depuis. Avec environ 60 milliards de tonnes de matières premières consommées par an, les humains utilisent désormais 150% des ressources que la Terre peut régénérer en une année.

Ce « jour du dépassement », fixé cette année au 21 août, est calculé par une organisation californienne. « A partir de cette date et jusqu’à la fin de l’année, nous compensons notre demande en liquidant le stock de ressources naturelles et en accumulant du dioxyde de carbone dans l’atmosphère », explique Global Footing Network. Créée en 2003, l’organisation présente des gages de sérieux, puisqu’elle est chargée du calcul de l’empreinte écologique de plus de 200 villes et travaille aux côtés d’une trentaine de pays dans le monde.

Transition, décroissance ?

Le changement climatique, conséquence des trop fortes émissions de CO2, est l’une des conséquences visible de cette surexploitation des ressources. Mais elle n’est pas la seule, insiste Global Footing Network. Anne Bringault, directrice en France des Amis de la Terre, renchérit : « La surconsommation de ressources par les pays riches ne peut plus continuer : changements climatiques, conflits, pollutions, déforestation, atteinte à la biodiversité et explosion des inégalités sociales. Autant de symptômes de sociétés malades qui nous rappellent que le bien-être de tous se construira sur d’autres concepts que la croissance du PIB. » Ce qui rejoint les appels à la décroissance, comme celui lancé encore tout récemment par le député Vert Yves Cochet. Mais, dans le champ de l’écologie politique, sa voix reste isolée (ainsi, Corinne Lepage lui répond dans Le Monde).

D’autant que le débat ne peut s’arrêter à la croissance – ou pas – des pays riches. Les chiffres, rappellent les Amis de la terre, « cachent de larges inégalités d’accès et de consommation des ressources, impliquant une « dette écologique » des pays riches envers les pays pauvres mais également envers les générations futures. » Pour dénoncer la surconsommation des ressources naturelles et promouvoir la « transition vers des sociétés soutenables », les Amis de la Terre lancent une mobilisation nationale sur ce sujet, qui culminera le 25 septembre avec plusieurs manifestations en France.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?