Accueil International 54 sur 100 : la note de l’égalité femmes/hommes en Europe

54 sur 100 : la note de l’égalité femmes/hommes en Europe

par Arnaud Bihel

Où en est l’égalité des sexes en Europe ? Emploi ; salaires ; éducation ; partage du temps ; pouvoir ; santé : sur l’ensemble de ces 6 domaines, pris en compte pour construire l’Indice d’Égalité de Genre, l’Union européenne a tout juste la moyenne.


 

L’Europe n’est toujours qu’à mi-chemin de l’égalité des sexes. C’est ce qui ressort de la dernière version du Gender Equality Index, Indice d’Égalité de Genre, dévoilée jeudi 25 juin. Cet outil unique, détaillé par pays et par thème, sur les inégalités femmes/hommes en Europe est élaboré par l’Institut Européen pour l’Égalité de Genre (EIGE).

L’Indice est construit à partir de 6 indicateurs principaux : emploi ; salaires ; éducation ; partage du temps ; pouvoir (politique et économique) ; santé. Un autre domaine, celui des violences, est également pris en compte, mais les données dans ce domaine sont insuffisantes et ne permettent donc pas de comparaisons, déplore l’EIGE.

Le Gender Equality Index permet de constater que si les progrès vers l’égalité femmes/hommes existent, ils restent limités. Le score moyen pour l’ensemble de l’Union européenne s’établit à 54 sur 100, contre 51,3 en 2005.

EIGE Equality Index

Les évolutions sont très différentes selon les pays membres, ce qui « reflète des choix différents en termes de priorités et d’approches dans la façon de mettre en œuvre les politiques et objectifs de l’Union européenne », commente Virginija Langbakk, directrice de l’EIGE.

Signe positif : l’Indice, élaboré pour la première fois en 2013, commence déjà à se faire une place pour guider les politiques publiques. Trois pays – l’Irlande, l’Estonie et le Luxembourg – ainsi que la région basque en Espagne, l’ont intégré dans leurs outils statistiques, se félicite l’Institut.

Avec un score de 57 sur 100, la France est légèrement au-dessus de la moyenne européenne. Mais loin derrière le trio scandinave des pays les plus en avance en matière d’égalité que sont le Danemark, la Finlande et la Suède (tous au dessus de 73 points sur 100). Les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Belgique sont également mieux classés que la France, qui figure donc en 7ème position sur les 27 pays de l’UE.

Principales inégalités : pouvoir et temps

A l’échelle européenne, c’est dans le domaine du « pouvoir » que les progrès sont les plus importants depuis 2005. Malgré cela, « la sur-représentation des hommes aux postes de décision prévaut toujours dans tous les pays membres, au niveau politique comme économique », note l’EIGE. Cet indicateur est le plus faible des six. Le score s’établit à 38 sur 100 (en hausse par rapport à 2005 mais en recul entre 2012 et 2015). En France (grâce notamment au gouvernement paritaire) il dépasse tout juste la moyenne de 50 sur 100.

Le score de l’indicateur « temps » est lui aussi très faible – 38,8 pour la moyenne européenne, 35,8 en France. Ce domaine « met en avant la division inégale du travail non rémunéré entre femmes et hommes dans la sphère privée, qui reste la principale barrière à l’égalité des sexes », souligne l’EIGE.

> Voir aussi : « State of the World’s Fathers » : égalité, paternité

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

2 commentaires

limonda 25 juin 2015 - 12:45

Mme Duchemol ou l’abbé zizi : « ça marche très bien comme ça… une bière à la main, passes moi le whisky, t’es bonne à rien »…
Regardons les cas en justice : si la pauvre femme ne s’est pas occupée TRS BIEN de ses enfants, se faisant violée par son père/mari pendant plus de 5 ans, elle est coupable ! Un système judiciaire qui protège une caste, ça va de soi…
Avec moins de 10% de plaintes… les parents qui soutiennent les mâles… qu’espérer ?

Répondre
flo 25 juin 2015 - 15:44

Dommage que l’index « violence » ne soit pas renseigné… Pas de données au niveau européen ??? Ou bien l’EIGE a peur de le dévoiler ?

Répondre

Laisser un commentaire