Accueil International Appel pour faire entendre la voix des Syriennes, inquiétude pour Razan Zaitouneh

Appel pour faire entendre la voix des Syriennes, inquiétude pour Razan Zaitouneh

par Arnaud Bihel

ZaitounehLes pays occidentaux doivent insister pour intégrer des femmes dans le processus de paix en Syrie, rappellent des organisations. Triste télescopage : la militante Razan Zaitouneh a été enlevée ce mardi dans la banlieue de Damas.


 

Quatre militants des droits humains ont été enlevés mardi 10 décembre dans la banlieue de Damas, rapporte le site d’information libanais NOW. Des hommes armés ont fait irruption dans le centre de documentation des violations, antenne du Comité de coordination, l’une des branches de la rébellion.

Parmi les quatre personnes enlevées – deux femmes et deux hommes – figure Razan Zaitouneh (son nom s’orthographie également Zeitoune). Cette avocate et journaliste, qui a contribué à fonder ce Comité, avait reçu à l’automne 2011 le prix Sakharov pour la paix du Parlement européen, ainsi que le prix Anna Politkovskaya.

« Le plus beau, dans la révolution syrienne, c’est l’entrain du peuple syrien, qui transforme les manifestations en festivals de chants, de danses et de clameurs à la liberté, malgré les balles, les arrestations et les chars d’assaut. Cette détermination et cet espoir ne peuvent que nous motiver pour poursuivre notre lutte pour la liberté », déclarait-elle alors à Amnesty International.

En septembre dernier, des représentants d’associations syriennes étaient réunis à Paris pour évoquer la condition des femmes dans le pays déchiré par près de 3 ans de guerre civile. Voir :

Syrie : les droits des femmes plus que jamais menacés

« Les Syriennes seront le principal élément de résistance »

On ignore si les ravisseurs sont liés au régime syrien où à une branche islamiste de la rébellion. Militante laïque, « Zaitouneh était la cible de menaces et d’accusation de trahison non seulement de la part du régime de Bachar el-Assad, mais aussi de certains rebelles », relève Now.

« Les femmes restent exclues » du processus de paix

Ce même 10 décembre, les lauréates du prix Nobel de la paix relançaient leur appel à inclure les femmes dans les négociations de paix sur la Syrie. La conférence ‘Genève 2’ pour la paix en Syrie est programmée pour le 22 janvier 2014 mais « les femmes restent exclues » du processus, déplore la Nobel Women’s Initiative. Pourtant, « les femmes de Syrie se sont organisées, ont choisi des représentantes et sont prêtes à participer aux pourparlers de paix. C’est leur futur et celui de leur pays qui est en jeu, et elles ont le droit à ce que leurs voix soient entendues ».

Une pétition lancée le 25 janvier par la Nobel Women’s Initiative et une dizaine d’organisations de la société civile rappelle que les Etats membres de l’ONU se sont engagés en octobre dernier pour la participation des femmes dans les processus de paix (Voir : Pas de paix sans les femmes : nouvelle résolution à l’ONU). Et réclame que chaque délégation directement impliquée dans les pourparlers sur la Syrie compte aux moins deux négociatrices. De tous les gouvernements occidentaux, seul celui du Royaume-Uni s’est officiellement prononcé pour la participation de femmes à la conférence Genève 2, souligne Madeleine Rees, secrétaire générale de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté, l’une des organisations initiatrices de la pétition.

Au début du mois, le gouvernement colombien a justement nommé deux femmes au sein de sa délégation qui négocie la paix depuis un an avec les rebelles des FARC.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire