Accueil International L’Assemblée britannique ouvre la voie au mariage homosexuel

L’Assemblée britannique ouvre la voie au mariage homosexuel

par Arnaud Bihel

Commons

Le débat parlementaire sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe est ouvert à Londres. Dans une ambiance plus policée qu’à Paris, mais tendue malgré tout. Principal point de tension outre-Manche : la place de l’Église.


 

Après plus de 4 heures de discussions, la Chambre des Communes, équivalent britannique de l’Assemblée nationale française, a donné son accord, mardi 5 février, à l’examen du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe. 400 parlementaires ont voté pour, 175 contre.

Le texte proposé par le gouvernement conservateur de David Cameron est appuyé par une confortable majorité, dans la mesure où il est soutenu par l’opposition parlementaire. Mais l’opposition d’une bonne partie du parti Conservateur (une courte majorité de ses élus à la Chambre a d’ailleurs voté contre le texte) avait conduit trois ministres à se fendre d’une tribune dans la presse, avant l’examen du projet de loi, pour soutenir à nouveau le mariage homosexuel.

« Le partenariat civil pour les couples homosexuels était un grand pas en avant, mais la question est désormais de savoir s’il est toujours acceptable d’exclure des personnes du mariage simplement parce qu’elles aiment quelqu’un du même sexe », écrivent William Hague, George Osborne et Teresa May. « C’est la bonne chose à faire, au bon moment ».

Enfants, polygamie… et surtout Église

Le projet de loi britannique n’est pas aussi polémique que le texte français : il ne concerne que la question du mariage. Pas de débat autour des enfants, comme c’est le cas en France – l’adoption par les couples homosexuels et la PMA sont déjà autorisées outre-Manche. Seule une poignée de parlementaires à la Chambre des Communes ont lié mariage et procréation lors du débat. Quelques autres, comme certains parlementaires français, ont osé déclarer qu’ouvrir le mariage aux couples de même sexe ouvrait la porte à la légalisation de la polygamie.

Mais le principal point de tension est ailleurs : le texte ouvre le mariage civil aux couples de même sexe, mais il permet également aux organisations religieuses qui le souhaitent de célébrer des mariages homosexuels. C’est cette question du mariage religieux qui a provoqué le plus de tensions, mardi. Les opposants au texte réclamant la garantie que les Églises ne seraient pas obligées, un jour, de marier des couples homosexuels si elles ne le souhaitent pas.

L’accord donné ce mardi par la Chambre des Communes, s’il témoigne d’une majorité en faveur du texte, n’est que le début de la procédure parlementaire : il ouvre la voie au dépôt des amendements. Et devra être approuvé par la Chambre des Lords, une étape moins évidente.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

4 commentaires

NR77 6 février 2013 - 09:31

C’est intéressant de constater qu’il est très difficile de comparer les pays sans se pencher sur leurs structures de Droit.
Qu’est ce qui pourrait dans le droit anglais obliger les religions à marier les homosexuels ?
Cette question se pose t-elle en France ?
J’imagine mal l’Etat imposer son dogme en remplacement ?
Ce serait alors une guerre de religions (Etat laïque dogmatique contre toutes les autres).
Finalement …n’est-ce pas le cas ?

Répondre
arnaudbihel 6 février 2013 - 10:07

@nr77 : les parlementaires qui ont fait part de leur crainte à cet égard s’inquiétaient surtout d’un éventuel avis de la Cour européenne des droits de l’homme. Ce qui est intéressant aussi, c’est que des représentants du clergé anglican siègent à la chambre des Lords. La religion est donc beaucoup plus impliquée dans le débat poltique en GB qu’en France…

Répondre
Lili 6 février 2013 - 10:12

« NR77 »
C’est intéressant de constater qu’il est très difficile de comparer les pays sans se pencher sur leurs structures de Droit.
Qu’est ce qui pourrait dans le droit anglais obliger les religions à marier les homosexuels ?
Cette question se pose t-elle en France ?
J’imagine mal l’Etat imposer son dogme en remplacement ?
Ce serait alors une guerre de religions (Etat laïque dogmatique contre toutes les autres).
Finalement …n’est-ce pas le cas ?

En Angleterre il y a une religion d’Etat au travers de la Reine d’Angleterre qui est par fonction chef de l’Eglise Anglicane. Donc en fait « il permet aux organisations religieuses qui le souhaitent » ne concerne que les organisations anglicanes, mais en GB c’est déjà beaucoup, et je ne pense pas que le droit anglais puisse obliger « les religions » (autres qu’Anglicane) à marier des homosexuels.

Ceci dit en France l’Eglise épiscopalienne (américaine, située à Paris Quai d’Orsay) célèbre des mariages homosexuels, parce que chaque église dans la famille protestante est libre de ses règles.

Répondre
hostier 7 février 2013 - 22:13

En fait depuis 2005, il y a un partenariat civil (civil partnership) pour les couples homosexuels qui donne tous les droits du mariage mais qui ne s’appelle pas mariage. Ce serait bien de connaître ‘un peu’ ce qui se passe chez nos voisins…C’était sous Tony Blair, homme politique toujours ‘gay friendly’, qui est maintenant pour ce mariage.
Il y a très peu de pays qui ont légalisé le mariage homosexuel.

Répondre

Laisser un commentaire