Accueil CultureCinéma Ava Cahen élue déléguée générale de la Semaine de la Critique

Ava Cahen élue déléguée générale de la Semaine de la Critique

par Valérie Ganne

Pour son 60e anniversaire, la Semaine de la Critique, tête chercheuse des sélections du Festival de Cannes, fait un geste fort en élisant une jeune femme comme déléguée générale.

Ava Cahen © Aurelie Lamachère | Semaine de la Critique

La Semaine de la Critique est l’une des sélections majeures du festival du film de Cannes aux côtés de la Compétition officielle et de la Quinzaine des réalisateurs. Organisée par l’Association des critiques de cinéma, sa particularité est de proposer des films sélectionnés par des journalistes. Son 60e anniversaire coïncide avec un geste fort : l’élection d’une jeune femme à sa tête, la journaliste Ava Cahen (35 ans). Chargée de cours à Nanterre pendant sept ans, chroniqueuse au Cercle sur Canal+ Cinéma et à Une heure en séries sur France Inter, elle a cocréé le site Frenchmania.fr, dédié au cinéma francophone, complété récemment par une revue semestrielle papier. C’est évidemment une amoureuse du cinéma mais aussi une fan de la série Friends.

Les femmes qui programment des festivals de cinéma dits « de catégorie A »  se comptent sur les doigts d’une main : l’arrivée de Lili Hinstin à Locarno (Suisse) avait fait du bruit en 2019 mais elle n’est restée que deux ans. Il y a plus de 20 ans, Marie-Pierre Macia a dirigé quatre éditions de la Quinzaine des réalisateurs avant de repartir vers la production. Et de 2002 à 2004, la réalisatrice et journaliste Claire Clouzot a pris la main de la Semaine de la Critique pendant trois ans. Le rare exemple français « durable » est celui de Jacky Buet qui a créé et porte depuis 1979 le Festival de film de Femmes de Créteil.

Le lieu des découvertes

La Semaine de la Critique se concentre sur les découvertes de cinéastes, puisqu’elle ne présente que des premiers et deuxièmes films, ainsi que des courts métrages. Son délégué général, Charles Tesson, a signé en 2018 la charte du collectif 50/50 pour la parité, mais a toujours été en avance dans ce domaine : depuis dix ans que ce critique et enseignant en cinéma est à la tête de la Semaine, les films de réalisatrices représentent entre 30 et 50% des choix des comités de sélection, eux-mêmes composés à égalité d’hommes et de femmes (lire ici des détails sur la sélection 2021).

Quelques exemples de réalisateurs.trices français.es récemment mis en lumière par la Semaine : côté féminin Julia Ducournau (Grave en 2016), le premier film de la comédienne Hafsia Herzi (Tu mérites un amour en 2019), Léa Mycius (Ava en 2017). Côté masculin, Jérémy Clapin (J’ai perdu mon corps en 2019, film d’animation césarisé), Jean Bernard Merlin (Sheherazade en 2018, qui a ensuite reçu le César du premier film). La Semaine fêtera ses 60 ans d’existence au prochain Festival de Cannes sous la direction de Charles Tesson, puis Ava Cahen prendra ses fonctions dès le mois d’août pour l’édition 2022.

L’image de l’affiche de l’anniversaire des 60 ans de la Semaine de la critique est tirée du film « It Follows » de David Robert Mitchell (2014)

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com