Accueil Politique L’avortement embarrasse le Parti républicain

L’avortement embarrasse le Parti républicain

par Arnaud Bihel

Après les critiques d’élues dans son camp, le parti majoritaire au Congrès des Etats-Unis remballe un projet de loi restrictif sur l’avortement.


 

Mouvement inattendu au Congrès des Etats-Unis. Le Parti républicain a abandonné son projet de voter jeudi 22 janvier une loi restrictive sur l’avortement. Le texte prévoyait d’interdire les avortements après la 20ème semaine de grossesse – contre 23 semaines actuellement – sauf en cas de viol ou d’inceste, mais à condition que ces actes aient fait l’objet d’une plainte.

Le projet de « loi sur la protection de l’enfant à naître capable de ressentir la douleur » avait déjà été adopté par la Chambre des représentants en juin 2013 (Voir : Quand les Républicains veulent protéger la masturbation du fœtus), mais pas par le Sénat, alors à majorité démocrate. Le Parti républicain, qui contrôle désormais les deux Chambres, en avait fait une de ses nouvelles priorités – bien que la loi ne risque pas d’entrer en vigueur, Barack Obama ayant assuré qu’il y opposerait son veto.

Mais quelques jours après avoir annoncé l’examen du texte, le parti a fait marche arrière, essentiellement sous la pression de quelques unes de ses élues. La principale raison de cette frilosité nouvelle est qu’il craint de braquer l’électorat jeune et féminin en vue des élections de 2016, analyse la presse.

Ce vote était programmé pour coïncider avec la traditionnelle « marche pour la vie » qui rassemble chaque 22 janvier à Washington des dizaines de milliers d’anti-avortement, à l’occasion de l’anniversaire de la décision de la Cour Suprême Roe vs Wade qui a ouvert la voie à l’IVG, en 1973.

Dans les Etats qu’il contrôle, le Parti républicain a multiplié, ces dernières années, les textes visant à restreindre le droit et l’accès à l’avortement (Voir : Texas : le droit à l’avortement perd une bataille).

 

3 commentaires

09 Aziza 27 janvier 2015 - 08:44

23 semaines, cela fait cinq mois et demi! A partir de 6 mois, un foetus peut être viable.
S’il est indispensable que l’avortement soit un droit dans des délais raisonnables, cette course en avant ne fait que provoquer, en effet, des réticences, car au lieu de traiter des problèmes abstraitement, il faut appeler un chat un chat: que ressent un praticien ou une infirmière qui pratique un avortement à plus de 2à semaines? Et que ressent l’avortée? L’avortement reste un sujet tabou, affectif, passionnel. Hélas.
Je sui ssûre que mon commentaire va provoquer une levée de boucliers, d’ailleurs…

Répondre
09 Aziza 27 janvier 2015 - 08:45

+ de20 semaines, erreur de frappe

Répondre
09 Aziza 27 janvier 2015 - 09:46

Et aussi, quand va-t-on essayer de s’attaquer aux causes? Hormis les cas de viol, d’inceste,de malformation foetale, avec tous les aléas que cela suppose dans le diagnostic de la grossesse,hormis les perturbations psychiques graves (déni de grossesse), qu’est ce qui fait qu’une femme attend plus de douze semaines(trois mois) pour avorter? Cela fait tout de même deux mois sans règles, et des phénomènes physiques non négligeables. Alors, qu’est ce qui se passe? Est-ce que les jeunes femmes ne sont pas assez au courant du fonctionnement de leur corps; des méthodes de contraception? Tout cela devrait être enseigné sereinement et sans tabou à partir du collège. A quand une étude exhaustive ?Pour le moment les forums internet sont pleins de récits de jeunes filles qui ont surtout avorté parce que leur petit ami le leur demandait….Il y a un problème, et il faut se mettre le nez dedans!

Répondre

Laisser un commentaire