A la BCE, une femme en 2014 ?

par Arnaud Bihel

Les 24 hauts dirigeants de la Banque centrale européenne sont tous des hommes. Mais une femme devrait intégrer ce cénacle, suite au départ surprise de l’Allemand Jörg Asmussen.


 BCE

Aujourd’hui, ce sont ces 24 messieurs qui dirigent la Banque centrale européenne. L’année 2012 s’était d’ailleurs achevée sur une décision très contestée à ce sujet. Avec la nomination du Luxembourgeois Yves Mersch, la direction de la BCE se retrouvait théoriquement verrouillée jusqu’en 2018, avec une composition unisexe : 24 hauts dirigeants, 24 hommes (Voir : Commentaires acerbes après la nomination d’Yves Mersch à la BCE).

Sabine Lautenschläger favorite

Mais un an plus tard, voici un rebondissement inattendu, venu d’Allemagne : une femme devrait prendre place au milieu de ces costumes-cravates dès 2014. En effet, l’un des membres du directoire de la BCE, Jörg Asmussen, vient de se voir nommé dans le nouveau gouvernement d’Angela Merkel. L’Allemagne a donc l’occasion de proposer une femme pour lui succéder dans l’institution européenne, et c’est l’option qui se profile. Sabine Lautenschläger, l’actuelle vice-présidente de la Bundesbank, la banque fédérale allemande, semble la mieux placée pour remplacer Jörg Asmussen au sein du directoire de la BCE.

« Elle est la meilleure candidate pour ce poste », a déclaré le ministre des Finances Wolfgang Schäuble lundi 16 décembre. Les deux autres candidates possibles avancées par la presse sont également des femmes : Elke König, directrice de l’autorité allemande des marchés financiers, et la patronne de l’Institut de recherche économique de Halle, Claudia Buch.

Danièle Nouy confirmée à la supervision bancaire

Dans le même temps – c’était là une décision attendue – les États membres de l’Union européenne ont officiellement confirmé lundi 16 décembre la nomination de la française Danièle Nouy à la présidence du comité de supervision bancaire de la Banque centrale européenne. Elle avait reçu 10 jours plus tôt le feu vert des eurodéputés. Danièle Nouy, nommée pour un mandat de cinq ans commençant le 1er janvier 2014, sera ainsi la première femme à tenir un poste clé au sein de la BCE.

L’institution bancaire européenne se féminise donc enfin, suivant en cela l’exemple états-unien : Janet Yellen doit prendre, en 2014, la tête de la Fed, la Réserve Fédérale des États-Unis. Sa nomination doit être confirmée par le Sénat dans les prochains jours. Ce sera la première fois en un siècle qu’une femme dirigera la banque centrale U.S.

Une femme à la tête du Lloyd’s

Dans le secteur privé aussi, les premières s’enchaînent en ce mois de décembre. Après la nomination de Mary Barra à la tête de General Motors, ou de Marjorie Scardino au conseil d’administration de Twitter, un autre bastion masculin est tombé. Cette fois en Grande-Bretagne, dans le secteur de l’assurance.

Pour la première fois dans ses 325 ans d’histoire, le Lloyd’s of London, leader du marché de l’assurance, qui regroupe 80 compagnies, va être dirigé par une femme. Inga Beale, 50 ans, et 30 ans d’expérience dans le secteur, en deviendra la patronne en janvier.

En novembre, Fiona Woolf prenait pour un an la direction de la City, la place financière de Londres, devenant la deuxième femme à occuper ce poste, sur les 686 dirigeants de l’histoire de la place financière britannique.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire