Accueil CultureCinéma Catherine Corsini, Alice Guy, même combat 

Catherine Corsini, Alice Guy, même combat 

par Valérie Ganne
Illustrations : (photo du film) Un amour impossible, tiré du roman de Christine Angot, avec Virginie Efira et Niels Schneider
Illustration : Photo du film Un amour impossible tiré du roman de Christine Angot

La cinéaste Catherine Corsini vient de recevoir le prix Alice Guy, récemment créé et dédié aux réalisatrices.

Mais qui était Alice Guy ? Une réalisatrice-productrice des débuts du cinéma, une véritable pionnière. Embauchée comme secrétaire de Léon Gaumont, elle a vite compris l’intérêt des caméras et – en dehors de ses heures de travail bien sûr- devient la première cinéaste au monde. Elle a réalisé des milliers de petits films courts malheureusement pour beaucoup perdus et a même créé sa propre maison de production aux Etats-Unis.

Mais qui est Véronique le Bris ? Une journaliste de cinéma, créatrice du site ciné-woman.fr et de ce nouveau prix Alice Guy. C’est sa seconde édition, il est ouvert à tous les films francophones réalisés par des femmes et sortis en salle l’année précédente.

Et enfin, qui est Catherine Corsini ? Une réalisatrice de talent, qui a déjà dix longs métrages à son actif dont La nouvelle Eve (1999), Partir (2009), La belle saison (2015) et tout récemment cet Amour impossible. Sorti en novembre dernier, ce film ambitieux est l’adaptation du roman éponyme de Christine Angot. Il retrace la vie de la mère de l’auteure et son combat pour élever sa fille et la faire reconnaitre par son père qui les a abandonnées… Jusqu’à ce que la jeune fille atteigne l’adolescence. La suite est un traumatisme qui marquera la vie d’Angot et son œuvre. La cinéaste en a pourtant tiré un film solaire sur une mère et une fille qui parviennent à se remettre de leurs blessures. « Elles réussissent toutes les deux à ne pas être broyées, c’est un bel exemple de courage et d’intelligence car c’est bien la pensée qui les sauve » résume Corsini dans le dossier de presse du film. Un amour impossible est trop vite sorti des salles, rassemblant 220 500 spectateurs et quatre nominations au César, mais ne recevant aucune statuette malgré la prestation de Virginie Efira qui traverse le film de la vingtaine à la soixantaine. Le prix est doté cette année par la SACD de 3 000 euros et certaines salles de cinéma hors de Paris vont le programmer à nouveau. Sachant que 2% des César de la mise en scène ont été attribués à des femmes (en 42 ans) alors qu’elles sont 24% de réalisatrices, ce prix supplémentaire est tout à fait bienvenu. Si pour certaines c’est un ghetto, on doit surtout y voir un cadeau !

Alice Guy

Le prix a été remis le 27 mars dernier au Max Linder au cours d’une cérémonie où ont été projetés des courts métrages d’Alice Guy et le film de Corsini. Pour cette deuxième édition, 2243 internautes ont voté en choisissant leurs préférés parmi 91 films français et francophones réalisés par des femmes et sortis en 2018 en salle. Cinq longs-métrages ont été choisis : Les Chatouilles d’Andréa Bescond et Eric Métayer, Pupille de Jeanne Herry, Heureux comme Lazzaro d’Alice Rohrwacher (une coproduction italo-française), À 2 heures de Paris de Virginie Verrier et Un amour impossible. Je vous les conseille tous à part À 2 heures de Paris que je n’ai malheureusement pas vu. Un jury (paritaire) de professionnels a ensuite voté parmi ces cinq films et récompensé Un amour impossible. L’an dernier, c’est la réalisatrice Lidia Terki qui avait reçu le prix pour Paris la blanche.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire