Accueil Sport Pas de soutien équitable pour le handball féminin

Pas de soutien équitable pour le handball féminin

par Arnaud Bihel

Le CDB, club dijonnais de handball, voit sa remontée dans l’élite compromise pour des raisons financières. Sa présidente met en cause le désintérêt des collectivités pour le sport féminin.


« Comment expliquer que nous ne sommes pas traités de la même manière que les garçons ? », s’interroge la présidente du Cercle Dijon Bourgogne (CDB). Après une saison impeccable le club de handball féminin s’apprête à retrouver la LFH, la première division, mais voit aujourd’hui ses chances de remontée compromises pour des raisons financières.

Il manque 250 000 euros au club pour que son budget soit validé par la commission nationale de contrôle et de gestion (CNCG). Et alors qu’une date butoir est fixée au 28 mai, la présidente du CDB Karine Savina, dans un communiqué, met directement en cause la mauvaise volonté des collectivités locales. Le Conseil général, d’une part, qui n’a tout simplement pas répondu à ses sollicitations. De l’autre la communauté d’agglomération du Grand Dijon qui propose un coup de pouce, certes, mais insuffisant : 150 000 euros sur 3 ans.

Au nom de la parité

« Comment peut-on expliquer que l’an dernier le Grand Dijon a aidé un club masculin à remonter et accéder dans les meilleures conditions à la LNH en lui octroyant une aide conséquente de 250 000 € ? Ce qui nous est refusé », dénonce Karine Savina. Qui « réclame simplement un soutien équitable, paritaire et proportionnel par rapport aux autres sports collectifs masculins.? »

Et la présidente du club va jusqu’à interpeller le gouvernement. D’abord en faisant remarquer que l’ancien maire de Dijon François Rebsamen « fait partie du gouvernement qui lui-même porte le projet de parité ». Et en insistant : « La défense de la parité est un programme politique fort mais, dans les faits, nous sommes loin du respect de ce pacte que porte également Madame la ministre des Sports ».

Proportionnellement, le club masculin deux fois plus aidé

Déjà, en décembre dernier, le montant du soutien du Grand Dijon à l’égard du sport féminin avait fait débat. Le club masculin du Dijon Bourgogne Handball (DBHB) se voyait attribuer une subvention de 600 000 euros, le club féminin du CDB de 195 000 euros.

Une différence de traitement justifiée par le fait « qu’un club de handball masculin, surtout en première division, coûte beaucoup plus cher qu’un club de handball féminin en deuxième division », expliquait alors Gérard Dupire, vice-président du Grand Dijon chargé des sports. Sauf que le budget du DBHB était pour la saison dernière de 1,6 millions d’euros, celui du CDB de 1 million… Si les subventions étaient proportionnelles au budget, le club de handball féminin aurait tout de même dû recevoir 375 000 euros, deux fois plus que ce qui lui a été accordé…

L’entraîneuse fantôme

Autre histoire de parité dans le handball dijonnais : en avril, l’équipe masculine du DBHB faisait appel à une femme, la roumaine Helena Groposila, au poste d’entraîneur. Elle avait d’ailleurs coaché les joueuses du CDB deux ans plus tôt.

Une femme sur le banc d’une équipe masculine, une première dans le handball pro… si ce n’est qu’il s’agissait surtout d’un tour de passe-passe. En effet le club, pour satisfaire aux règles de la Ligue, devait obligatoirement se doter d’un entraîneur diplômé. Helena Groposila n’aura ainsi été qu’un prête-nom, la gestion de l’équipe restant entre les mains de son adjoint.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Pas d’argent public pour les sportives… ou si peu

L’argent public pour le PSG fait débat

La compétition sportive favorise le leadership des femmes

Que cesse le mépris du sport féminin

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com