Accueil MédiasNumérique Chantal Jouanno veut une loi contre l’hypersexualisation des enfants

Chantal Jouanno veut une loi contre l’hypersexualisation des enfants

par Arnaud Bihel

jouanno_chantal

La sénatrice a déposé une proposition de loi pour interdire l’activité de mannequin et les concours de miss pour les enfants de moins de 16 ans.


 

Chantal Jouanno persiste et signe. La sénatrice (UDI) a déposé, mercredi 27 février, une proposition de loi « visant à protéger les enfants de l’hypersexualisation ».

« Les frontières des âges sont aujourd’hui brouillées sous la pression d’un modèle consumériste qui a créé les conditions du développement, avant la puberté, de l’hypersexualisation. Ce néologisme renvoie à la sexualisation des expressions, postures ou codes vestimentaires à des fins de séduction que ne saurait utiliser l’enfant s’il n’y était incité », écrit Chantal Jouanno.

Son texte prévoit l’interdiction de faire participer les enfants de moins de 16 ans à des concours de beauté « afin de les protéger d’une infraction précoce de la séduction faisant reposer sur eux un primat de l’apparence préjudiciable à leur développement ». Il vise également à interdire l’activité de mannequin aux moins de 16 ans, « interdisant en conséquence de faire des enfants des égéries de marques ».

Deux ans de débats

Ce sont des pistes que la sénatrice évoquait déjà dans un rapport remis au précédent gouvernement, début mars 2012 (Voir : Hypersexualisation : des digues contre une vague sexiste). Des préconisations qui n’ont eu aucune suite, alors que de nouveaux concours de mini-miss ont entre temps défrayé la chronique, comme en septembre dernier en Gironde.

C’est la publication par le magazine Vogue de photos d’une très jeune mannequin, en décembre 2010, qui avait lancé le questionnement sur l’hypersexualisation des jeunes filles (Voir : Enfants et publicité : des médecins prescrivent le débat). Depuis, la direction du magazine a promis de ne plus publier de photos de mannequins de moins de 16 ans… mais a déjà enfreint cette promesse.

La proposition de loi de Chantal Jouanno connaîtra-t-elle un meilleur sort que celle d’ Henriette Martinez ? Cette députée UMP a déposé voilà un an un texte visant à interdire l’organisation de concours de beauté pour les enfants de moins de 11 ans ; un texte qui semble déjà rangé dans les archives de l’Assemblée nationale.

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

taranis 1 mars 2013 - 09:55

C est aussi malheureusement un des aspects précoces de la marchandisation du corps des femmes: Image de la femme dans les médias réduite à la séduction et la frivolité, violence et discrimination, prostitution et pornographie bestiale , GPA…
Posons la vraie question de la place de la femme dans notre société. La femme n est elle qu un être sexuel au service des hommes et de sa société dominatrice. Soyons les premiers humanistes à nous opposer à l ultra libéralisme de l industrie du sexe qui broie femmes et enfants. Si nos démocraties les plus avancées continuent leur hypocrisie en maintenant ce commerce par fatalité, c est la mondialisation de la violence et de la barbarie qui triomphera sur tous nos beaux principes Onusiens.

Répondre
Politizen 3 mars 2013 - 10:43

Cette proposition mérite que l’on s’y intéresse, même si on peut avoir des nuances quand aux modalités d’application. Je ne suis pas du même bord politique, mais je reconnais en Mme Jouanno une humaniste qui sait mettre ses principes avant ses engagements politiques, et j’apprécierais que la gauche regarde cette proposition avec bienveillance

Répondre
Ann 4 mars 2013 - 12:42

L’hypersexualisation des petites filles est un conditionnement qui mène à la chosification des femmes.
C’est une entreprise de sape très sournoise et efficace , relayée pour une sur consommation de produits féminisants et bêtifiants.
L’initiative de Chantal Jouanno est politique et dépasse les problèmes de partis politiques.
Pour que des femmes accèdent, comme elle, à des valeurs autres que celles des mannequins ,( mais il en faut au masculin et au féminin), il est indispensable qu’elles aient confiance en elles non en tant qu’objet de séduction mais en tant qu’intelligence capable d’aider à porter un autre regard sur le E qui les caractérisent généralement.
Les associations féministes y travaille. Heureusement
Les familles sont souvent l’handicap premier .

Répondre

Laisser un commentaire