Accueil CultureCinéma Une charte pour l’égalité dans le cinéma

Une charte pour l’égalité dans le cinéma

par Arnaud Bihel
Par reynermedia sur Flickr (CC BY 2.0)

Par reynermedia sur Flickr (CC BY 2.0)

Développer des statistiques sexuées, encourager la parité dans les instances de décision, lutter contre les stéréotypes. Des professionnels s’engagent à faire progresser la place des femmes dans le cinéma français.


 

La parité dans le cinéma français ? Frédérique Bredin, présidente du CNC (Centre National du Cinéma), et Véronique Cayla, présidente d’Arte France, ont signé jeudi 10 octobre, au ministère de la Culture, une charte « dont l’objectif est de viser à un plus grand rayonnement des femmes dans le secteur du cinéma ».

Cette « charte pour l’égalité » (à télécharger ici en pdf) appelle à promouvoir la parité hommes/femmes dans les instances de décision – et notamment dans les comités de sélection qui décident des financement des films – ainsi qu’à lutter contre les stéréotypes « en encourageant les projets qui subvertissent les représentations traditionnelles des femmes et des hommes ». Il s’agit également de produire davantage de statistiques sexuées pour « mieux cerner les problématiques ».

Barrières financières et réseaux masculins

En marge du dernier Festival de Cannes, les ministres de la Culture et des Droits des femmes avaient commandé au CNC un état des lieux sur les inégalités hommes/femmes au cinéma. Le document est attendu au mois de novembre.

Pour l’heure le constat global est le suivant : alors que les promotions de sortie à la FEMIS (la principale école de formation aux métiers du cinéma) sont paritaires, les femmes ne représentent que 25% des auteurs de premiers films. Et les budgets des films réalisés par des femmes sont souvent inférieurs aux films d’auteurs hommes.

Selon une récente étude menée aux Etats-Unis, les femmes de cinéma jugent que les deux principaux freins à leurs progressions de carrière sont 1/ les barrières financières qui leur sont opposées et 2/ les réseaux dans l’industrie cinématographique, aux mains des hommes (Voir : Sundance bouscule le machisme du cinéma).

Passer des promesses aux actes

A l’origine de cette charte, on trouve l’association « Le Deuxième Regard », qui regroupe des professionnels du cinéma, hommes et femmes – et dont Véronique Cayla est la marraine. Après cette séance de signatures officielle, l’association va désormais solliciter l’engagement des différents secteurs professionnels du cinéma, de la création jusqu’aux festivals.

Restera à passer des promesses aux actes. Et pour cela l’exemple des médias n’invite pas à l’optimisme. En 2010, les principaux responsables de la presse écrite et audiovisuelle s’engageaient, en signant une charte similaire, à donner davantage de place aux femmes, aux expertes en particulier, à l’antenne et dans leurs colonnes. Trois ans plus tard, les progrès dans les médias sont à peine visibles.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Réalisatrices : Cannes évite de justesse un nouveau zéro pointé

Cinéast(e)s : le sexe du septième art

Séries télé, un univers impitoyablement masculin

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire