Accueil Eco & SocialEnvironnement Climat de mobilisation autour de la COP21

Climat de mobilisation autour de la COP21

par Arnaud Bihel

La Coalition Climat 21 entend mobiliser la société civile, en marge de la Conférence de Paris sur le réchauffement climatique. Son message : l’enjeu va bien au-delà de ce sommet, qui sera de toute façon insuffisant ; la réponse à la crise climatique est citoyenne.

CoalitionClimat21

 

Le compte à rebours est lancé avant la COP21, la 21ème conférence des Nations Unies sur le climat, qui se déroulera du 30 novembre au 11 décembre à Paris. Le sommet de la dernière chance contre le réchauffement climatique ? Sûrement pas. « Il ne faut pas se focaliser sur les résultats d’un sommet, mais construire un mouvement de long terme », insiste Juliette Rousseau, la coordinatrice de la Coalition Climat 21, qui se mobilisera durant la COP21. Et le fait déjà en amont, en faisant passer ce message : la crise climatique est un sujet que chaque citoyen.ne doit prendre en main.

La Coalition Climat 21 est née début 2014, après que les organisations de la société civile avaient claqué la porte de la COP19 à Varsovie. « Elles avaient de plus en plus de mal à se faire entendre dans l’espace des négociations », explique Juliette Rousseau. D’où le souhait de mieux s’organiser. Le rôle de la Coalition « n’est pas d’intervenir directement dans les négociations, mais de mobiliser au sens large, et d’organiser cette mobilisation »

Son premier atout ? « Une diversité qu’on n’avait jamais connue jusque là sur la question du climat ». La coalition regroupe pas moins de 140 membres. Quasiment toutes les ONG environnementales et de solidarité internationales, mais aussi des syndicats, des organisations revendicatives (comme ATTAC ou Alternatiba), des groupes de jeunesse. « Et également des mouvements de foi. C’est très important, car on n’avait pas l’habitude jusque là de travailler avec des organisations confessionnelles », souligne Juliette Rousseau.

« Il ne faut surtout pas reproduire l’erreur de Copenhague »

L’enjeu est aujourd’hui de « se servir du sommet de Paris pour renforcer ce mouvement », insiste la coordinatrice de la Coalition. Un mouvement autour de ce message, donc : la COP21 de Paris n’est en rien une échéance. Le point d’orgue de la mobilisation étant le 12 décembre, au lendemain de la fin théorique du sommet… « pour ne pas laisser le dernier mot dans l’espace clos des négociations », note Juliette Rousseau. « Car on sait déjà que ce qui en sortira, même si on peut s’attendre à des bonnes surprises, ne sera pas suffisant pour répondre à l’enjeu de la crise climatique. »

C’est que la désillusion du sommet de Copenhague, qui avait suscité d’énormes attentes en 2009, est passée par là. « Il ne faut surtout pas reproduire l’erreur de Copenhague, où on a mobilisé les citoyens en clamant qu’il s’agissait de l’accord de la dernière chance. Résultat, ces négociations ont été un échec, et cela a été plus compliqué de mobiliser par la suite », remarque Juliette Rousseau. « Nous devons donc faire passer l’idée que non seulement il faut rester alerte – c’est à dire de ne pas se laisser endormir par des échéances comme ces sommets – mais aussi aller plus loin. »

Aller plus loin « en pointant du doigt les responsables de la crise climatique – les causes économiques et politiques – et les fausses solutions. Et en construisant des alternatives », insiste Juliette Rousseau, en mettant en avant ce parallèle : « Nos partenaires américains nous disent souvent qu’il s’agit de construire autour du climat un mouvement similaire à celui qu’ils avaient réussi à construire autour des droits civiques ».

Justice climatique

Un message qui reste pourtant compliqué à faire passer. « La question du climat reste assez déconnectée des mouvements en prise avec la réalité sociale. Alors même qu’elle a une réalité sociale : tout le monde n’est pas affecté de la même manière par les bouleversements du climat, ni par ses causes d’ailleurs. Et tout le monde n’a pas les mêmes responsabilités », souligne la coordinatrice.

L’idée de « justice climatique », déjà au cœur des mobilisations à Copenhague, est un autre des messages forts de la Coalition Climat 21. Un devoir de justice à l’échelle mondiale : « C’est la voix des pays du Sud, les plus affectés par le réchauffement climatique, qui doit porter en priorité ». Mais cette question se décline aussi à l’échelle nationale. La COP21, d’ailleurs, se tiendra non pas à Paris même, mais au Bourget, en Seine Saint-Denis… « un département qui souffre d’injustice environnementale autant que sociale, où la pollution de l’air est l’une des pires en France. »

La France où la question du réchauffement climatique reste encore trop déconnectée du réel, regrette Juliette Rousseau. « Ici, particulièrement, on a encore besoin de faire comprendre que l’enjeu n’est pas d’éviter la crise climatique, car on est déjà dedans. Il ne s’agit même pas d’éviter son aggravation, car on n’y échappera pas. L’enjeu, c’est d’éviter le pire et faire face à ce qui s’annonce. »


 

A l’agenda de la Coalition Climat 21 :

Lundi 21 septembre : Lancement d’une campagne sur les médias audiovisuels. « Tant sur le fond que sur la forme, on entend se démarquer », assure Juliette Rousseau. La Coalition dispose d’espaces de diffusion gratuits sur les radios et chaînes de télévision publiques, ayant reçu le label « grande cause nationale ». Pour appuyer cette campagne, week-end de mobilisation, sur le terrain et les réseaux sociaux, les 26 et 27 septembre.

Autour du sommet

Les 28 et 29 novembre, manifestations un peu partout dans le monde (le 29 novembre à Paris) « pour mettre la pression sur les négociateurs » à la veille de l’ouverture de la COP21.

Les 5 et 6 décembre à Montreuil, « Sommet citoyen pour le climat »

Y seront mises en avant des alternatives pratiques à la question du réchauffement climatique, ainsi que des conférences, ateliers… pour proposer des outils pour le long terme. « Des alternatives au modèle de développement qui génère la crise climatique. »

Du 7 au 11, au Centquatre, à Paris, « Zone d’action pour le climat »

Au programme, des points quotidiens sur les négociations. Ainsi que des témoignages d’activistes, de partout dans le monde, « qui vivent déjà la crise climatique au quotidien et expliqueront comment ils se mobilisent collectivement pour faire face à cette réalité ».

Enfin le 12 décembre, mobilisation de masse à Paris, pour « annoncer la suite du mouvement, et s’assurer d’avoir le dernier mot ».

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

Adequations 18 septembre 2015 - 16:27

Bonjour
Il sera important que Les Nouvelles News traitent aussi du climat… sous l’angle de l’égalité femmes-hommes ! Cet article parle de la diversité des mouvements engagés dans la Coalition climat, mais oublie de citer que les associations de femmes et féministes se mobilisent aussi, avec notamment le groupe français « Genre et justice climatique » qui diffuse un texte de position http://www.adequations.org/spip.php?article2231 et va organiser des événements autour de la COP 21.
Il y a aussi un Appel mondial des femmes pour la justice climatique http://womenclimatejustice.org/
Dossier sur COP 21 femmes, genre et climat : http://www.adequations.org/spip.php?rubrique384

Répondre
Arnaud Bihel 18 septembre 2015 - 16:40

Bonjour,
c’est prévu, bien sûr !

Répondre

Laisser un commentaire