Accueil Politique « Conne », « salope ». De l’injure comme attaque politique

« Conne », « salope ». De l’injure comme attaque politique

par Arnaud Bihel

Après Guy Bedos traitant Nadine Morano de « conne » et « salope », un attaché parlementaire fait de même à l’égard de Marion Maréchal-Le Pen. Et tous deux osent invoquer l’humour.


 

Le 13 octobre, Jean Bourdeau, jeune attaché parlementaire d’un sénateur socialiste, s’en est pris sur Twitter à la députée FN Marion Maréchal-Le Pen, la qualifiant de « conne » et de « salope ».

Bourdeau1

Une référence revendiquée à la sortie de l’humoriste Guy Bedos qui, quelques jours plus tôt, avait usé des mêmes qualificatifs à l’égard de Nadine Morano, s’attirant une plainte de l’ex-députée UMP.

Marion Maréchal-Le Pen a annoncé son intention de porter plainte à l’encontre de l’attaché parlementaire. Lequel a reçu le soutien du sénateur Jean-Pierre Michel, dont il est le collaborateur. Jean-Pierre Michel invoque l’humour et la liberté de tweeter.

Bourdeau2

Guy Bedos, lui, avait invoqué Rabelais pour justifier ses insultes.

Pourtant la grossièreté n’implique pas forcément l’humour et « conne » et « salope » ne sont pas des termes rabelaisiens. On ne saurait, face à ces propos, mieux réagir que Marie Donzel :

« Quand Rabelais est obscène, au moins se donne-t-il du mal pour l’être avec panache. Ce qui, remis dans le contexte de l’histoire de la littérature et de l’humour ne permet certainement pas d’affirmer qu’il a été un féministe avant la lettre (dieu sait que le Tiers Livre est un monument de misogynie), mais à tout le moins qu’il a oeuvré à enrichir la langue française. On ne peut pas en dire autant de ceux pour qui « le propre de l’homme » est de traiter la femme de « salope ». »

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

8 commentaires

Nicole Roinel 15 octobre 2013 - 19:51

Sexisme ordinaire en politique : des caquètements à l’Assemblée nationale poussés par un inconnu de tous ; un maire (inconnu) de Crécy-sur-Serre qui préfère les femmes à la cuisine pour y faire des confitures ; nettement plus connu, un Guy Bedos qui s’est toujours arrogé le droit d’insulter les femmes « Bien oui, je suis de gauche, alors j’ai le droit ». Son fils aussi a le droit, chez les Bedos, c’est un caractère acquis. Votre feuille d’informations rend compte.
Nettement plus connu encore, un président de la République qui élève au rang d’officier de la Légion d’Honneur au palais de l’Elysée un footballeur qui tabasse sa compagne, j’ai entendu chez vous un silence assourdissant.
En France on bat des records, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon, mari, amant.
Quand le plus haut magistrat de l’Etat élève au grade d’officier de la Légion d’Honneur le footballeur Lilian Thuram, il ignore sciemment le « côté noir » de Thuram, à savoir qu’il tabasse sa compagne. La presse People si complaisante envers cette belle et édifiante cérémonie a soigneusement omis de préciser si sa compagne y assistait. Grâce à cette réception à l’Elysée, Lilian Thuram le milliardaire a même économisé les frais d’une petite réception privée. Vu ce qu’il gagne par mois, aucune économie n’est négligeable. Il pourra offrir une sucette à sa Ferrari.
Karine Marchand, la jolie journaliste de télévision, qui fut la compagne de Thuram quelques années, est ravissante et pas trop sotte. Prudemment, elle a retiré sa plainte juste à temps pour que Thuram puisse être élevé au grade d’officier de la Légion d’Honneur. Tant pis pour les autres femmes battues dont elle aurait pu se faire la porte-parole, grâce à sa notoriété. Le lendemain de la petite cérémonie, Lilian Thuram s’est fait rappeler à l’ordre par la justice. Quelle jolie formule. Vos réactions à cet événement planétaire furent à la hauteur… Au fait, quelles réactions ?

Répondre
Jean 15 octobre 2013 - 21:23

Comportement inouï et inadmissible pour un fonctionnaire, assimilé ou prétendant à représenter le peuple. J’ai mal à ma France et pense à ma mère et ma fille. Comment peut-on vivre cela en 2013 en France ?

Répondre
Lili 16 octobre 2013 - 09:42

On peut ajouter aussi que si le niveau n’est pas toujours très élevé à l’Assemblée, ou sur Tweeter, je n’ai pas encore ouï dire que les hommes se traitent de con ou de salaud entre eux.
Apparemment seules les femmes y ont droit.
J’espère donc que les plaintes de Marion Maréchal L Pen et Nadine Morano seront reçues.
Même si ces deux femmes ne sont pas à la pointe du féminisme. Ca les obligera peut-être à plus de cohérence plus tard.

Répondre
Bérénice 16 octobre 2013 - 15:12

« Prudemment, elle a retiré sa plainte juste à temps pour que Thuram puisse être élevé au grade d’officier de la Légion d’Honneur. Tant pis pour les autres femmes battues dont elle aurait pu se faire la porte-parole, grâce à sa notoriété. »

Je ne pense pas qu’il faille l’accable, elle a surement beaucoup à faire pour comprendre ce qui lui arrive et s’en sortir. Les hommes violents mettent toujours leur femme sous emprise. Et ce n’est pas de la responsabilité des victimes d’empêcher les agresseurs de nuire, c’est de la responsabilité de la société.
Et la société par le biais de la légion d’honneur ne fait que renforcer le droit des hommes à tabasser les femmes.
Je le déplore tout à fait, comme vous, cependant, je ne pense pas que Mme Marchand est quoi que ce soit à se reprocher.

Répondre
Aziza 17 octobre 2013 - 09:33

Quelles sont les naïves qui croient que le PS au pouvoir est exempt de sexisme ? Je ne sais pas, en fait, si c’est du sexisme délibéré, ou un dramatique manque d’analyse: décorer un homme violent est un signal; cela signifie que la violence domestique est quelque chose « d’à part », de « privé », qui n’a rien à voir avec l’honneur. C’est grave. La côte de popularité du Président est au + bas, peut être pourrait il se demander quelle est l’opinion des femmes ?
Quand à Guy bedos, ce que peu de gens savent, car il l’a bien dissimulé, c’est qu’il avait un autre fils, handicapé, Philippe, dont il a refusé de s’occuper, et qu’il a laissé mourir sans l’avoir revu voici deux ans. je parle de source sûre: un de mes proches était à ses obsèques. Le sexisme violent n’arrive jamais seul.

Répondre
Aurélie 18 octobre 2013 - 08:52

On dire également que lorsque les films, les chansons ou les sketchs cesseront de dire ouvertement « salope », « connasse » parce que c’est de l’œuvre culturelle, on pourra peut-être y voir le début d’un changement. Jusqu’à présent les grossièretés envers les étrangers ou les homos sont interdites, sinon c’est le tribunal, alors à quand la même chose envers les femmes?

Répondre
Laurent 21 octobre 2013 - 12:32

[quote name= »Aziza »
Quand à Guy bedos, ce que peu de gens savent, car il l’a bien dissimulé, c’est qu’il avait un autre fils, handicapé, Philippe, dont il a refusé de s’occuper, et qu’il a laissé mourir sans l’avoir revu voici deux ans. je parle de source sûre: un de mes proches était à ses obsèques. Le sexisme violent n’arrive jamais seul.[/quote]
Cela s’appelle de la diffamation. Philippe était le fils de Sophie Daumier et Guy Bedos l’avait adopté. En 77, Sophie Daumier et Guy Bedos ont divorcé et il s’est donc moins occupé de cet enfant. Il ne l’a pas laissé mourir, sa maladie étant incurable. On peut ne pas aimer Guy Bedos mais vos propos sont clairement diffamatoires.
Cherchez un peu sur Internet avant de répandre des rumeurs.

Répondre
09 Aziza 22 octobre 2013 - 14:06

@laurent: je ne cherche pas à répandre des rumeurs. Quelqu’un de ma famille a connu cette situation de prés, sinon je ne permettrais pas d’en parler. Que Philippe ait été adopté, c’est certain, mais si vous adoptez un enfant, c’est pour le traiter comme le vôtre, non? Oui, cette maladie était incurable, mais il n’empêche que Guy Bedos a brillé par son absence, ce qui a choqué. Dit ainsi, est ce que cela remet les choses au point?

Répondre

Laisser un commentaire