Accueil SagaInitiatives Contre les seins nus dans le Sun, la lutte finale ?

Contre les seins nus dans le Sun, la lutte finale ?

par Arnaud Bihel

Page3

L’écrivaine Lucy-Anne Holmes lance une nouvelle campagne contre la fameuse page 3 du tabloïd britannique. Elle estime que le temps est venu de mettre un terme à cette institution sexiste, qui tient bon depuis 40 ans.


 

Indéboulonnable, la « Page 3 » du Sun ? Depuis plus de 40 ans, le tabloïd britannique expose chaque jour sur sa troisième page une jeune femme aux seins nus. Il est temps d’en finir, estime Lucy-Anne Holmes, écrivaine et féministe, qui vient de lancer une campagne sur plusieurs fronts contre cette institution : « No More Page Three » (« La page 3, ça suffit »).

Une pétition sur Change.org interpelle le patron du Sun, Dominic Mohan : « Dominic, arrêtez de montrer des images de jeunes femmes aux seins nus dans le journal le plus lu de Grande-Bretagne, arrêtez de conditionner vos lecteurs à voir les femmes comme des objets sexuels ». Un signataire juge que la page 3 est « la principale responsable de l’objectification des femmes dans notre pays ». Un autre note : « Les seins, ce n’est pas de l’info ». Une page Facebook et un compte Twitter, @NoMorePage3, relaient aussi cette campagne.

Echecs répétés

Lucy-Anne Holmes est loin d’être la première à tenter de mettre un terme à l’institution qu’est cette page 3. Dès 1986 une élue travailliste, Clare Short, avait porté le sujet devant la Chambre des Communes, sans succès.

Lors de la dernière campagne législative en 2010, deux candidates (l’une travailliste, l’autre libérale-démocrate) s’en étaient prises à cette page 3, « dépassée et insultante pour les femmes ». Le Sun, qui compte 3 millions de lecteurs, y avait répondu par une prise de position politique sur cette même page : pas moins de 16 femmes seulement vêtues d’une petite culotte y posaient en appelant à voter pour le parti Conservateur de David Cameron (Lire : Des seins contre un bulletin de vote). Au final, David Cameron a gagné et la page 3 continue d’exhiber des poitrines de starlettes.

Le contexte Leveson

Cette nouvelle campagne aura-t-elle davantage de succès ? La pétition engrange les signatures, Lucy-Anne Holmes prépare d’autres actions et juge que l’heure est venue. Elle expliquait le 11 septembre dans le quotidien The Guardian, une sorte d’antithèse du Sun : « Dans les années 1970 un groupe d’hommes, dans un média dominé par les hommes, a décidé d’exposer dans le journal des seins nus des jeunes femmes ; mais en 2012, heureusement, la société a changé. Ne faudrait-il pas revoir cette décision ? »

Son optimisme est renforcé par le contexte de « l’enquête Leveson ». Cette enquête parlementaire sur l’éthique de la presse, lancée voilà un an suite à un scandale d’écoutes téléphoniques, met régulièrement en avant de détestables pratiques du groupe Murdoch, propriétaire du Sun. Mais lors d’une audition en février, Dominic Mohan défendait encore bec et ongles sa « Page 3 » qui, expliquait-il, « représente la jeunesse et la fraîcheur » et « célèbre la beauté naturelle ».

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Des seins contre un bulletin de vote

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

ASC 13 septembre 2012 - 15:41

Ce serait peut-être un appel à la raison que de présenter aussi les hommes comme des objets sexuels. Quand on voit ce que certains sites de rencontres se permettent de faire de l’image des hommes à des fins purement médiatiques et markéting, on pourrait également considérer cela comme dégradant pour l’homme, or il n’en est rien, les femmes s’en amusent et trouvent cela plutôt intéressant. Quant aux hommes, on dirait qu’ils ne se sentent même pas concernés ou que cela flatte leur égo… A quand LE playmate du samedi soir?

Répondre
margaret 14 septembre 2012 - 10:40

Bravo à cette initiative salautaire mais à mon avis perdue d’avance tellement la survie du Sun (soutien politique du gouvernement) est en jeu. Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point cette page est une « institution » la-bas: quand j’étais en études d’ingénieur au UK, tous les mecs de la classe le « lisait » pendant les cours. Nous étions 3-4 filles dans la classe au début, j’ai terminée seule. Cherchez la raison…

En tout cas, je m’en vais signer la pétition au plus vite!

Répondre

Laisser un commentaire