Accueil CultureCinéma On ne naît pas homme, on le devient

On ne naît pas homme, on le devient

par Arnaud Bihel

GuillaumeDans son premier film, Les garçons et Guillaume, à table !, le comédien Guillaume Gallienne raconte avec un humour décapant la construction de son identité. La critique ciné du mardi, par Valérie Ganne.


 

« Le premier souvenir que j’ai de ma mère, c’est quand j’avais quatre ou cinq ans. Elle nous appelle, mes deux frères et moi, pour le dîner en disant : « Les garçons et Guillaume, à table ! » La dernière fois que je lui ai parlé au téléphone, elle raccroche en me disant : « Je t’embrasse ma chérie ». Eh bien disons qu’entre ces deux phrases, il y a quelques malentendus. »

Ces quelques lignes résument parfaitement le sujet du premier film du comédien, metteur-en-scène et réalisateur Guillaume Gallienne. Et elles devraient vous suffire pour pousser la porte de votre cinéma préféré. Vous y gagnerez également un petit voyage ethno-social dans la grande bourgeoisie parisienne, une famille de garçons dans laquelle Guillaume était le benjamin, s’identifiant dès l’enfance à sa mère. Du moment où il se fait surprendre par son père, enroulé dans une couette déclamant Sissi impératrice, jusqu’à l’arrivée à l’English college et l’apprentissage du flamenco en Espagne, en passant par sa première sortie en boîte gay et son sauvetage par la psychanalyse, GG raconte la construction douloureuse de son identité amoureuse avec un humour décapant.

Sa mère grande bourgeoise est évidemment jouée par lui-même, féminin et crédible de la perruque à l’escarpin, quand son père dépassé est incarné par André Marcon, hilarant à chacun de ses regards sur son extra-terrestre de fils. La pièce autobiographique qui a précédé le film a déjà été un grand succès, la rumeur critique et le bouche à oreille sont élogieux depuis sa présentation à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes d’où il est reparti primé, tout comme au festival d’Angoulême.

Pour sa sortie en salle le distributeur Gaumont aligne les adjectifs superlatifs des critiques sur toutes les affiches. Alors allez-y sans regarder la bande-annonce, sans trop lire sur ce film, comme si vous aviez découvert cette pépite par hasard, et savourez.

 

Les garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne avec Guillaume Gallienne, André Marcon, Françoise Fabian. Produit par LGM et Rectangle, distribué par Gaumont, en salles le 20 novembre 2013.

 

 

Photo © Thierry Valletoux

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

5 commentaires

dmadone 20 novembre 2013 - 11:02

C’est ce qu’on appelle la culture « de chiottes »… ce n’est pas une pépite…

Répondre
martin 21 novembre 2013 - 14:38

J’ai comme un malaise à voir annoncé un nouvel avatar de cet incessant procès fait par des hommes à La Mère, incarnée par l’auteur pour faire bonne mesure.

Répondre
Gina 24 novembre 2013 - 22:42

Je viens d’aller voir ce film. Je ne le trouve pas drôle ou d’une drôlerie trop légère pour évoquer un sujet de maltraitance psychologique. Et si c’est du 15 ème degré, c’est raté.
Tous les poncifs et clichés sexistes et beaufs sur les pédés, La Femme ( c’est qui ? ) Les Femmes ( fââââmes ) sont là à la sauce bourgeoise dont sort G.Gallienne.
Désolant.

Répondre
Araud Faure 20 décembre 2013 - 22:23

Et bien moi , j’ai bien ri , c’est une autobiographie traitée avec humour , ce n’est pas donné à tout le monde de se montrer avec autant de lucidité .On passe un bon moment avec un sujet pas facile .

Répondre
robert 21 décembre 2013 - 09:05

magnifique numéro d’acteur et mise en scène super efficace qui permettent de passer un excellent moment : pourquoi s’en priver !

Répondre

Laisser un commentaire