Accueil MédiasNumérique Dans les allées de LeWeb, le sexisme se porte bien

Dans les allées de LeWeb, le sexisme se porte bien

par Arnaud Bihel

 Alors que Fleur Pellerin s’inquiète de l’image des femmes sur internet, on peut croiser à la conférence LeWeb des hôtesses déguisées en infirmières. Ambiance…


 Leweb« Dites à ma femme que je suis malade » ; « Il fait chaud à LeWeb »… Pour porter ces panneaux, des hôtesses déguisées en infirmières. Voilà ce qu’on peut croiser dans les allées de l’édition 2013 de LeWeb, grand rassemblement international, à Paris, des entrepreneurs du numérique.

Cette initiative sans grande imagination, tant elle joue la carte éculée du fantasme de l’infirmière, d’une agence de communication (Tequilarapido) justifie à elle seule l’initiative de la ministre Fleur Pellerin, qui vient d’annoncer avoir saisi le Conseil national du numérique « pour travailler sur l’image des femmes sur Internet ».

Derrière l’image sexiste, les chiffres confirment aussi la faible représentativité des femmes dans les secteurs du numérique. Les 10 et 11 décembre, plus de 150 speakers, sont annoncés à LeWeb’13 (voir la liste des intervenants). Parmi ceux-ci, seulement 20 femmes…. dont Fleur Pellerin, qui doit y prendre la parole le 11 décembre. La ministre appréciera l’ambiance.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Fleur Pellerin et le CNN s’attaquent au sexisme sur le Web

Les ténors du web sont aussi des sopranos

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

20 commentaires

jayer 10 décembre 2013 - 11:54

La faute à qui ?
Je dirai aux femmes qui ne veulent pas s’intéresser à ces métiers : regardez les écoles d’informatiques, d’ingénieurs… 10 à 25% de femmes seulement.
Tout est dans l’éducation… j’ai moi-même organisé des évènements sur le thème de l’innovation il est réellement difficile de trouver des femmes (en france) qui s’intéressent vraiment à l’informatique et ont créer leur entreprise :
http://www.amha.fr/7808-mais-ou-sont-les-influenceuses-du-web.html

Répondre
Max 10 décembre 2013 - 11:57

« jayer »
La faute à qui ?
Je dirai aux femmes qui ne veulent pas s’intéresser à ces métiers : regardez les écoles d’informatiques, d’ingénieurs… 10 à 25% de femmes seulement.

Quand tu connais l’ambiance « boys club » machiste du milieu, pas étonnant qu’il y’ait une hémorragie de femmes…

Répondre
Prune 10 décembre 2013 - 12:00

« Tequilarapido »

Non mais sérieusement, qui est le plus con, celui qui appelle son entreprise de com de cette manière ridicule ou celui qui l’embauche quand même ?
Et ils ont fait de la communication niveau fantasme d’adolescent pubère, on n’est pas étonné vu leur nom, peut-être une campagne réalisé par un stagiaire encore au lycée…

Répondre
de profundis 10 décembre 2013 - 12:04

« jayer »
La faute à qui ?
Je dirai aux femmes qui ne veulent pas s’intéresser à ces métiers : regardez les écoles d’informatiques, d’ingénieurs… 10 à 25% de femmes seulement.
Tout est dans l’éducation… j’ai moi-même organisé des évènements sur le thème de l’innovation il est réellement difficile de trouver des femmes (en france) qui s’intéressent vraiment à l’informatique et ont créer leur entreprise :
http://www.amha.fr/7808-mais-ou-sont-les-influenceuses-du-web.html

c’est vrai… quand on est si bien accueillie dans le milieux par des types qui sont incapables de juger une femme autrement que sur le critère baisable pas baisable, ça donne envie de faire de l’informatique

Répondre
Ridicule 10 décembre 2013 - 12:12

Oui c’est ridicule, oui c’est stupide. Non ce n’est pas sexiste.
Si dès femmes acceptes de faire ça de bonne grâce, ce n’est PAS du sexisme. Pourquoi ? Parce que les femmes acceptent des conditions de travail quelles ne juges pas dégradantes.
Il faut arrêter de sortir le mot sexisme à toute les sauces juste parce que c’est à la mode.

Répondre
Hans Martins 10 décembre 2013 - 12:20

Nous vivons dans un pays de plus en plus dictatorial, ou les idées,la parole, l’humour, l’imaginaire, la fantasmagorie, la sexualité même doivent répondre obligatoirement à un standard politiquement correct. J’ai peur pour l’avenir, un jour ça va claquer sec !

Répondre
Chuck 10 décembre 2013 - 12:50

LeWeb s’adresse avant tout aux entrepreneurs, creatifs et generateurs d’idées, qui sortent la plupart des Ecoles de commerce francaises. Or les codeurs, les realisateurs des applications sont issus d’Ecoles d’Ingenieurs, ou de cursus techniques (IUT)…bien que de plus en plus de diplomés d’ecoles d’ingénieurs passent directement a la case chef de projet , sans coder en entreprise. Et ces codeurs ont leurs propres « Le Web » comme Devvoxx pour Java ou les Microsoft Tech Days. Quant aux infirmieres (nues sous leur blouse blanche?) , c’est peut etre tout simplement un fantasme de Loic Le Meur, abreuvé au porno semble t’il

Répondre
taranis 10 décembre 2013 - 13:25

[quote name= »Ridicule »]Oui c’est ridicule, oui c’est stupide. Non ce n’est pas sexiste.

Le sexisme ordinaire, ce sont des stéréotypes et des représentations collectives qui se traduisent par des mots, des gestes, des comportements ou des actes qui excluent, marginalisent ou infériorisent les femmes. Le sexisme ordinaire s’accroche indubitablement à la notion de genre, en tant qu’élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes et manière de signifier des rapports de pouvoir Que des femmes acceptent individuellement pour gagner leur vie, de participer à ce type de démonstration n’attenue en rien son impact.Dans un mélange de naïveté confondante et d’aveu effrayant, vous ciblez les femmes malheureusement exhibées un peu partout, plutôt qu’au système qui les y relèguent, pour faire vendre. Vous vous croyez sans doute malin de pointer la supposée « aliénation » des femmes, passant ainsi sous silence le système qui, peut-être génère leur alinéation, mais surtout fait perdurer le patriarcat. Et au final, et bien, pourquoi ne pas se défouler un coup et les traiter de « bombasse » ou de « poufiasse »

Répondre
Pedro 10 décembre 2013 - 13:29

« Max »
Quand tu connais l’ambiance « boys club » machiste du milieu, pas étonnant qu’il y’ait une hémorragie de femmes…

A ce que je sache, rien n’empêche les filles de se fédérer en « girls club ». D’ailleurs, les forums internet sont la principale source d’informations pour apprendre à programmer. C’est comme cela que la plupart de ces sales machos d’hommes se sont formés. Rien n’empêche les femmes de faire de même quitte à ne pas divulguer leur sexe sur les forums si elles se sentent discriminées.

Répondre
taranis 10 décembre 2013 - 13:33

[quote name= »Hans Martins »] un standard politiquement correct.

Les idées,la parole, l’humour, l’imaginaire, la fantasmagorie, la sexualité à l’usage des idiots médiatiques qui hurlent que les féministes ont la haine des hommes, qui parlent de « misandrie » et qui ne font en fait que reconduire les clichés qui font la domination masculine Le sexisme ordinaire, le sexisme de rue, tout le monde y assiste chaque jour. Il suffit de se promener un samedi après-midi dans un quartier bondé, particulièrement en été quand les jambes se découvrent, pour se rendre compte qu’il ne s’agit pas d’un phénomène isolé. N’importe quelle fille lâchée en ville se retrouve la cible potentielle de commentaires et d’interpellations, allant du plus banal – le classique sifflement – au plus odieux – « viande à viol », par exemple. Pourtant, tout le monde – ou presque – y est aveugle. Ou refuse de le voir, et comme dit le dicton, il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. En témoigne ce journaliste amateur qui nous avait posé quelques questions lors de la SlutWalk de 2011 à Paris, et qui lui-même nous avait avoué ne jamais s’être demandé pourquoi certaines de ses amies se changeaient avant de rentrer chez elles à la fin d’une soirée, ou pourquoi d’autres demandaient à un ami de les raccompagner chez elles lorsqu’elles rentraient tard. Et il n’est pas seul : on ne compte plus le nombre d’amis ou de connaissances qui s’étonnent constamment des anecdotes que nous pouvons raconter. Et parfois même qui minimisent le phénomène, si récurrent et si naturel qu’il est devenu à leurs yeux.

Répondre
Lili 10 décembre 2013 - 14:47

« Pedro »
A ce que je sache, rien n’empêche les filles de se fédérer en « girls club ». D’ailleurs, les forums internet sont la principale source d’informations pour apprendre à programmer. C’est comme cela que la plupart de ces sales machos d’hommes se sont formés. Rien n’empêche les femmes de faire de même quitte à ne pas divulguer leur sexe sur les forums si elles se sentent discriminées.

Super, donc les messieurs sont très accueillants… si on se transforme en mec ou si on ne dit pas qu’on est femme. Ca c’est de l’accueil. Oui c’est du boys club machiste, puisqu’il considère que la norme est masculine et que si les filles veulent venir, elles n’ont qu’à respecter la norme. Classique du machisme qui s’ignore.

Répondre
taranis 10 décembre 2013 - 14:50

[quote name= »jayer »]La faute à qui ?
Je dirai aux femmes qui ne veulent pas s’intéresser à ces métiers

C est plutôt que la réussite scolaire des femmes n’a pas encore eu raison de leur ségrégation professionnelle et celle-ci est freinée par un déficit d’information, l’insertion professionnelle des femmes dans des métiers considérés traditionnellement comme masculins doit être facilitée. Les filles réussissent mieux que les garçons. Mais elles n’ont pas les mêmes parcours scolaires. Après le baccalauréat, dans les classes préparatoires aux grandes écoles, 75 % des élèves des filières littéraires sont des filles, pour 30 % des élèves scientifiques. Seulement 26 % des diplômes d’ingénieurs sont délivrés à des femmes….Oui ces différences d’orientation entre filles et garçons ont des conséquences sur leur insertion dans l’emploi. La représentation qu’ont les parents des secteurs les plus recommandables pour un garçon et pour une fille est encore très marquée par l’image traditionnellement masculine ou féminine que l’on associe à tel ou tel secteur. Ainsi, le secteur des services à la personne reste associé dans l’esprit des parents à des « métiers de fille », tandis que le bâtiment ou l’industrie sont plus fréquemment perçus comme un « secteur d’hommes ».

Répondre
FastVodka 10 décembre 2013 - 16:41

Detendez vous les chiennes de garde. Si vous etes au web actuellement vous croiserez surement un mec en short torse nu. (oui je vous assure).
Devons nous parler de sexisme? Doit on en tirer de grandes lecons? Est ce degradant pour les Hommes?
perso je le vis bien 😉

Répondre
Prune 10 décembre 2013 - 18:29

« Ridicule »
Oui c’est ridicule, oui c’est stupide. Non ce n’est pas sexiste.
Si dès femmes acceptes de faire ça de bonne grâce, ce n’est PAS du sexisme. Pourquoi ? Parce que les femmes acceptent des conditions de travail quelles ne juges pas dégradantes.
Il faut arrêter de sortir le mot sexisme à toute les sauces juste parce que c’est à la mode.

Vous étiez au courant que certains esclaves de « maison » ne voulaient pas de la liberté, alors si ils acceptaient d’être esclave, ça n’était pas du racisme, non?
Abruti !

Répondre
Eric 10 décembre 2013 - 18:51

« certains esclaves de « maison » ne voulaient pas de la liberté »

C’est faux. Ils ne demandaient pas à rester esclaves, ils demandaient à pouvoir conserver leurs conditions de vie. Ce n’est pas du tout la même chose.

Par ailleurs le fantasme de l’infirmière n’est pas un truc de lycéen, puisque je le partage (avec pas mal d’hommes adultes).

Les hommes ont les mêmes fantasmes de 14 à 104 ans.

Répondre
Meg 10 décembre 2013 - 23:45

Ils ont un coté sympas chez LeWeb. L’article dit que c’est des machos et eux ils viennent ici en faire la démonstration.

Répondre
flo 11 décembre 2013 - 07:16

« Pedro »

« Max »
Quand tu connais l’ambiance « boys club » machiste du milieu, pas étonnant qu’il y’ait une hémorragie de femmes…

A ce que je sache, rien n’empêche les filles de se fédérer en « girls club ». D’ailleurs, les forums internet sont la principale source d’informations pour apprendre à programmer. C’est comme cela que la plupart de ces sales machos d’hommes se sont formés. Rien n’empêche les femmes de faire de même quitte à ne pas divulguer leur sexe sur les forums si elles se sentent discriminées.

Quelle riche idée !! mais oui ne divulguons pas notre GENRE sur les forums ! et tant qu’on y est dans la vie courante cachons notre féminité ! déguisons-nous en hommes ! Adieu discriminations, mains baladeuses et autres « t’es bonne salope » dans la rue ! et le bénéfice dans la vie professionnelle ? énorme ! se faire embaucher en tant qu’homme c’est l’assurance de gagner 20 % de plus que si on s’appelle Mireille ! Tiens dès ce soir je révèle à mon mec que j’en suis un… C’est qui qui va se taper la vaisselle ? Pedro vous êtes un génie !!

Répondre
Bohémond 11 décembre 2013 - 07:40

Désespérant de voir ces braves messieurs sortir toujours les mêmes arguments pour nier un sexisme évident : humour, deuxième degré, dictature du politiquement correct, blabla…

Quelques questions donc :
– Imaginons qu’au lieu d’infirmières les hôtesses aient été des noirs en pagne avec des feuilles de palmiers pour éventer les visiteurs (ben oui, « il fait chaud à leweb ») : racisme ou humour ? Les visiteurs de couleur sauraient apprécier, je pense…
– nos gentils amis des femmes seraient-ils prêts à se balader déguisés toute la journée dans un déguisement ridicule issu d’une imagerie porno bas de gamme (ces tenues n’ont certainement pas été achetées dans une boutique pour infirmières, plutôt dans un sex-shop) pour un salaire de merde ?
– tous ces libre-penseurs apprécieraient-ils de voir leur femme/fille déguisées en pute pour gagner leur vie et amuser une bande de mâles immatures ?
– vous connaissez une femme qui a le « fantasme de l’infirmière » ?

Ce que je vois là, ce sont les réactions classiques de gens qui préfèrent nier l’évidence et se conforter dans l’entre-soi du dominant. A aucun moment ces messieurs n’admettent que ce sont des stéréotypes sexistes destinés à satisfaire UNIQUEMENT les hommes qui viennent à cet événement et que cela peut blesser ou mettre mal à l’aise les femmes présentes.

Perso, je suis un homme, je travaille depuis des années dans le domaine du web : oui c’est un milieu extrêmement masculin, machiste, et il faut avoir de la bouse dans les yeux et les oreilles pour ne pas s’en rendre compte. Ce genre de plan com’ n’honore personne : ni les femmes, ni les hommes. Aucun d’entre nous n’a envie d’être réduit à un cliché sexiste, il suffit de savoir faire preuve d’un minimum d’empathie pour s’en rendre compte.

Répondre
taranis 11 décembre 2013 - 10:06

[quote name= »FastVodka »]Detendez vous les chiennes de garde. Si vous etes au web actuellement vous croiserez surement un mec en short torse nu. (oui je vous assure).
Devons nous parler de sexisme? Doit on en tirer de grandes lecons? Est ce degradant pour les Hommes?

Le sexisme n’a rien à voir avec l’érotisme, il est lie au rapport dominant/ domine, aux stéréotypes qui même fantasmés, restent culturels. Et dans ce sens: mater ses pectoraux est certes un fantasme féminin mais il n’inverse pas le rapport de domination au contraire il mais en exergue la virilité.En plus culturellement le critere de beauté sexuée n’a pas la même exigence pour le H / F …Mais nous pouvons aussi faire de l’informatique sans être nue devant son clavier…Le sexisme c’est aussi de déshabiller les filles ou mettre en valeur leurs attributs sexuels pour tout vendre et surtout la ou cela est inutile

Répondre
eghza 12 décembre 2013 - 08:17

« jayer »
La faute à qui ?
Je dirai aux femmes qui ne veulent pas s’intéresser à ces métiers : regardez les écoles d’informatiques, d’ingénieurs… 10 à 25% de femmes seulement.

Peut être que ça vient que quand je cherchais un stage en développement informatique, je me suis prise ce genre de réflexions dans les dents :
– « Vous êtes une femme jolie, trouvez vous un mari informaticien et faites de enfants ça sera mieux pour vous. »
– « Les filles devraient continuer à rester das le monde du littéraire, écrivez de la poésie. »
– « Les femmes n’ont pas du tout les capacités intellectuelles pour faire du développement : il faut pouvoir compter, avoir un esprit rationnel, logique, les femmes sont émotionnelles et intuitives, c’est ce qui fait leur charme, mais ce n’est pas compatible avec de l’écriture de code. »

Je suis quand même informaticienne, mais je n’ai pas fait une grande école, parce qu’au moment de l’orientation (en fin de collège), on m’a trop dit que math sup, math spé, c’était trop difficile pour une fille. A 15 ans, j’étais influençable , et j’ai écouté les « bons » conseils des profs. Aujourd’hui, je pense que j’en aurais largement eu les capacités.

Répondre

Laisser un commentaire