Accueil Société Darty n’assume pas sa blague sur les blondes

Darty n’assume pas sa blague sur les blondes

par Arnaud Bihel

Darty Blonde« Face à la technologie, on est tous un peu blonde », assénait un visuel publicitaire de Darty. L’enseigne d’électroménager, et l’agence de pub auteure de la campagne controversée, cherchent à le faire oublier.


 

Darty entendait changer son image, c’est réussi. Mais la controverse déclenchée par la nouvelle campagne de pub de la marque d’électroménager l’a poussée à renier, en douce, un de ses nouveaux visuels. Celui-ci montre un jeune homme l’air embarrassé avec ce texte : « Face à la technologie, on est tous un peu blonde ».

Créatrice de la campagne, qui se décline en plusieurs visuels et slogans, l’agence BDDP Unlimited explique ainsi son oeuvre : « Darty a fait le choix d’une communication résolument offensive qui renoue avec son esprit et sa tonalité d’origine, faits de légèreté, d’originalité et d’impertinence (…) Par son élégance et la mise en avant d’un client « sublimé », ce nouveau territoire réinjecte aussi et surtout de l’envie et de la séduction dans une enseigne avant tout réputée pour sa fiabilité. » 1

Ne serait-il pas surtout sexiste, ce « nouveau territoire » ? Nombre de commentateurs et commentatrices ont rapidement relayé cette accusation sur les réseaux sociaux. Face à l’indignation, Darty répondait le 31 octobre sur Twitter… de manière ambiguë.

Avec d’abord ce premier message :

Darty1

Comme une justification. Mais peu après cet autre message, comme un démenti :

Darty2

 

« L’enseigne continue d’assumer ses autres visuels »

De fait, les images de la campagne officiellement publiées par Darty sur Pinterest ne font pas apparaître « le visuel en question ». L’agence BDDP a elle aussi effacé de ses pages la « blonde » nulle en technologie. Même si on peut évidemment la retrouver facilement ailleurs, puisqu’elle a déjà été reprise sur plusieurs sites et blogs.

Darty et son agence de pub n’assument donc plus leur blague sur les blondes. Interpellée sur ce point par Les Nouvelles NEWS, Darty s’explique : « Nous assumons pleinement notre campagne mais ce visuel ayant réellement choqué certaines personnes, nous avons décidé de ne plus le mettre en avant par la suite. En revanche, l’enseigne continue d’assumer ses autres visuels. » Comme celui-ci :

Darty Couple

 

Nivellement par le bas

Et aux accusations de sexisme, Darty a sa réponse toute trouvée, qu’on peut lire sur sa page Facebook : « Notre nouvelle campagne ne se veut en aucun cas sexiste. Les accroches sont valables aussi bien pour les hommes que les femmes. »

Un nivellement de l’égalité par le bas, c’est ce que nous relevions déjà chez Darty à l’occasion du 8 mars 2012 : « Le magasin d’électroménager respecte l’égalité quand il s’agit d’enfermer les hommes et les femmes dans des stéréotypes ».

C’est aussi ce que dénonce cette pétition en ligne : « Certains visuels de la nouvelle campagne publicitaire de Darty visent à rendre attractive et à la mode une image dégradante des femmes et des hommes. Ils présentent comme modernes et désirables des valeurs d’un ancien temps que tous aimerions révolues. Leur retrait et une prise de position claire de la marque enverraient un signal très fort contre l’usage de clichés sexistes à des fins commerciales et pour l’égalité entre hommes et femmes ».

 


1 On notera que les créatifs de la campagne sont 8 hommes… et 1 femme. Directeur de création : Olivier Moine ; Concepteur Rédacteur : Simon Delmas, Romain Goehrs, Pascal Manry, Aurélien Ung ; Directeur Artistique : Fabien Nunez, France Bizot, Thomas Jouffrit, Arnaud Ibanez.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

7 commentaires

bubulle 13 novembre 2013 - 22:36

« […]la mise en avant d’un client « sublimé »[…] »

oui bien sur! et au détriment de la cliente qui elle, n’est pas sublimée!

« Notre nouvelle campagne ne se veut en aucun cas sexiste. Les accroches sont valables aussi bien pour les hommes que les femmes. »

Ben tiens et puis quoi encore! ils se fichent vraiment de la moitié du monde

Répondre
Lili 14 novembre 2013 - 13:03

.. Mais si, la cliente aussi est « sublimée ».

Le problème, c’est que pour être sublime, homme ou femme, il faut être conforme aux stéréotypes sexistes. Moi je ne vois pas ce qu’il y a de sublime là-dedans, mais Darty a décidé de définir le sublime.
Cette affiche (celle de l’article) me choque chaque fois que je la croise dans le métro.

Répondre
Véronique Dambricour 14 novembre 2013 - 13:47

J’ai envoyé ce texte à la « Voix du Nord » qui l’a publié dans son courrier des lecteurs( et lectrices!)la semaine dernière:

Bonjour!

J’ai trop souvent lu ces jours-ci sur des panneaux publicitaires : « Face à la technologie, on est tous un peu blonde ». (Publicité Darty)

La première fois, je suis restée perplexe un moment:
– s’agit-il d’une publicité pour une bière blonde? Définitivement non.
-est-ce une double faute d’orthographe? Impossible. Les blonds et les bruns qui pondent ces trésors d’imagination ont fait de hautes études.
-devons-nous craindre le débarquement de l’homosexualité chez tous les hommes, même les vrais? Dans ce cas, mettons le feu à la technologie avant qu’il soit trop tard.

Je dois être un peu blonde moi aussi (quoique brune, ouf!), car il m’a fallu un temps de réflexion avant de pénétrer le sens profond de cette publicité décoiffante: une nouvelle histoire de blonde encore plus hilarante que toutes celles que l’on m’avait racontées jusqu’à présent.

V. D. Marcq-en-Baroeul

Répondre
09 Aziza 14 novembre 2013 - 15:58

dans ma petite ville d’origine de la Côte, je suis tombée l’an dernier sur des affichettes vendues dans un bazar: « rue des Blondes, 0 neurones, pas de petite culotte ». Il y en avait d’autres bien débiles, aussi dégradantes pour les hommes(« rue de la débandade »).Je suis rentrée discuter avec la vendeuse, dont l’argument a été « mais Madame, ça se vend! donc les gens aiment ça! » Devant plusieurs plaintes-de parents en particulier, il ne faut pas choquer les chères têtes…blondes-, certaines ont été retirées.
Mais enfin, c’est assez consternant…

Répondre
De Profundis 14 novembre 2013 - 18:26

C’est bon signe s’ils n’assument plus. Il fut un temps où ces arrogants méprisaient les critiques en sexisme

Répondre
mentionB 15 novembre 2013 - 13:12

désolée… mais si jeux sauver mon commerce je suis obligée, moi aussi, de vendre 20% de conneries comme ça… en général DEMANDEES par les FEMMMES… à qui je réponds parfois… « on est pas au moyen-âge »!

Lili votre histoire de « sublime » est débile… les cons joueront au jeu du « conforme au stéréotype » mais pas les autres… fort heureusement j’ai rencontré pas mal d’autres à des niveaux divers…

Répondre
taranis 15 novembre 2013 - 16:09

La pub occupe une place omniprésente dans nos vies et le sexisme, loin d’avoir disparu, s’y retrouve plus que jamais, sous diverses formes, Certaines plus sournoises que d’autres. Les femmes, les hommes mais aussi les enfants continuent à y être représentés par des stéréotypes. Un stéréotype féminin courant est celui de la superficielle. Il arrive qu’une femme conseille un homme dans une publicité d’appareil électronique ou de jeux vidéo mais dans ce cas, l’homme est beaucoup plus âgé que la femme, ce qui transforme le rapport entre les sexes en rapport entre les générations : si l’homme a besoin de conseil, c’est parce qu’il est « vieux »… Quant au sublime bien, sur que ce n’est pas idiot et difficile de s’extraire d’un système millénaire L’on se demande pourquoi les femmes investissent tant d’énergie à se maquiller, se coiffer, faire des retouches à leur maquillage, s’observer devant le miroir et se comparer entre elles. La réponse est simple : « Sois belle et tais-toi ! » La pression sociale exercée sur les femmes les réduit au silence et fait en sorte qu’elles accordent une importance démesurée à leur apparence. Qu’on le veuille ou non, la pub véhicule un message idéologique. Elle propose – voire impose – des définitions des individus, des groupes et des relations sociales. La pub marque l’inconscient aussi bien que le conscient, forge autant les préjugés que les croyances. La pub est l’un des agents de socialisation les plus puissants de la société pour nous dire qui nous sommes, qui nous devrions être et comment trouver le bonheur. Ainsi, la publicité participe à la construction des genres féminin et masculin.

Répondre

Laisser un commentaire