Accueil CultureCinéma « Deux » : de l’amour et des rides

« Deux » : de l’amour et des rides

par Valérie Ganne

Premier film d’un réalisateur italien vivant en France, « Deux » met en scène l’amour empêché de deux femmes âgées comme un thriller à suspens entre deux appartements. Une heureuse découverte.

Nina et Madeleine, deux femmes seules, deux voisines d’appartement… s’aiment en cachette depuis des années. Il s’agit de préserver les apparences, notamment auprès des enfants de Madeleine qui ne sont au courant de rien.

Il y a beaucoup d’amour dans « Deux » et sans limite d’âge, car ces retraitées ont passé la soixantaine. Beaucoup d’espoir aussi car l’une, Nina, attend avec impatience leur déménagement à Rome, dès que l’autre, Madeleine, aura parlé à ses enfants et vendu son appartement. Mais un événement tragique va bouleverser leurs vies paisibles et transformer leur idylle en une lutte acharnée de l’une pour sauver l’autre.

Le film se transforme alors en un véritable thriller amoureux entre les appartements d’abord accueillants puis étouffants au gré des émotions et bouleversements. Le récit particulièrement bien construit, la mise en scène brillante sans être tape à l’œil nous prennent par la main pour épouser la cause des deux femmes. Ainsi ce sujet rarement traité au cinéma se déploie avec délicatesse et émotion.

« Deux » est également une partition à trois pour des comédiennes de grand talent : Martine Chevallier de la comédie française, Barbara Sukowa et Léa Drucker. Chacune a ses raisons, chacune a ses nuances. Toutes évoluent au cours du film et on les comprend toutes. Enfin, dernière agréable surprise : on peut admirer sur l’écran les visages ridés de deux femmes qui ont accepté de vieillir au cinéma, à l’opposé de certaines actrices françaises ou américaines.

Le public ne s’y est pas trompé en primant ce film lors du récent festival « Premiers plans » d’Angers.

Deux de Filippo Meneghetti (1h 35, France Belgique) avec Barbara Sukowa, Martine Chevallier, Léa Drucker. Produit par Paprika, distribué par Sophie Dulac. En salle le 12 février 2020.

 

 

Ce qu’en dit Filippo Meneghetti

Le réalisateur italien a travaillé dans le cinéma indépendant à New York avant de venir vivre en France. Il a été accompagné à l’écriture par une jeune scénariste, Malysone Bovorasmy. « Deux » est son premier film.

 « Les deux personnages ont été écrits pour les actrices, Barbara Sukowa et Martine Chevallier, qui se sont impliquées dans le projet très tôt. Je voulais que Nina et Madeleine soient jouées par des comédiennes qui n’aient pas de problème avec leur âge tout en respirant la force. Je ne souhaitais pas que les spectateurs les perçoivent comme des victimes mais comme des héroïnes se battant pour leur amour. » 

« Alors que je travaillais sur le scénario avec ma co-scénariste, j’ai entendu parler d’un couple qui vivait presque exactement comme Nina et Madeleine afin de cacher leur relation à leurs familles. La vie imite parfois l’art je suppose. »

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire