Deux négociatrices pour la paix en Colombie

par Arnaud Bihel
Bogota

María Paulina Riveros, Juan Manuel Santos et Nigeria Rentería, le 26 novembre 2013. © Javier Casella – SIG

L’équipe du gouvernement colombien, qui négocie depuis un an la paix avec les FARC, ne sera plus uniquement masculine. ONU Femmes salue ces nominations.


 

Deux femmes ont pris place à la table des négociations entre le gouvernement colombien et les rebelles des FARC. Le président colombien Juan Manuel Santos a confirmé le 26 novembre la nomination de deux négociatrices pour le gouvernement. Il s’agit de María Paulina Riveros, directrice pour les droits humains au ministère de l’Intérieur, et de Nigeria Rentería, conseillère présidentielle pour l’égalité de la femme.

L’agence ONU Femmes salue « une avancée bienvenue » qui « contraste avec l’absence de femmes dans la grande majorité des pourparlers de paix dans le monde et [qui] répond à des années de plaidoyer et de mobilisation sans relâche des organisations de femmes colombiennes ».

Le processus de pourparlers, qui se déroule depuis un an à La Havane, entend mettre un terme à 50 ans d’une guerre civile qui a fait entre 50 000 et 200 000 victimes, dont « plus de la moitié sont des femmes », a rappelé le président colombien. Les deux parties se sont déjà entendues sur deux des cinq points en discussion. Si les représentants des FARC comptaient déjà des négociatrices, l’équipe du gouvernement n’était jusque là composée que d’hommes.

En tant que conseillère présidentielle, Nigeria Rentería rappelait récemment la nécessité d’accorder plus de places aux femmes dans la représentation politique. Elles ne comptent aujourd’hui que pour 16% des élus au Sénat, et 12% à la Chambre des députés.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Pas de paix sans les femmes : nouvelle résolution à l’ONU

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?