Accueil CultureCinéma Drôle de drame à l’italienne

Drôle de drame à l’italienne

par Arnaud Bihel

UnChateauEnItalieDans Un château en Italie Valéria Bruni-Tedeschi creuse son sillon autobiographique entre hystérie et tendresse comique.


 

 

De nos jours, il est de plus en plus périlleux de s’avouer riche et malheureux, surtout quand on est célèbre, actrice et sœur de… Carla. Pourtant Valeria Bruni-Tedeschi poursuit son chemin de réalisatrice en creusant cette même veine depuis trois films, sans faillir.

Certains y verront de l’apitoiement narcissique, mais d’autres sauront apprécier cette impudeur assumée car elle est portée par l’humour, la politesse des mélancoliques. Valérie Bruni-Tedeschi dresse son propre portrait en trois actes. Acte 1, la pauvre jeune fille riche d’Il est plus facile pour un chameau (en 2002), est déjà passablement névrosée et touchante. Cinq ans plus tard, la femme quarantenaire et star d’Actrices réalise qu’elle est seule et sans enfant.

Ce troisième (et dernier ?) acte la montre en amoureuse éconduite et membre d’une famille dégénérée endeuillée par la mort du fils. Impossible de ne pas regarder ce film à travers le prisme de ce que l’on sait de la famille Bruni-Tedeschi, de la mort du frère de la réalisatrice, emporté par le sida. Et pourquoi pas après tout ? Les deux co-scénaristes, Noémie Lvovsky et Agnès de Sacy, ont certainement fait beaucoup pour mettre à distance l’actrice-réalisatrice qui joue une fois de plus son propre rôle et n’hésite pas à se caricaturer. Elle réécrit aussi sa propre histoire, convaincant son ex (Louis Garrel) de jouer dans son film et s’offrant une happy end.

Mais surtout, elle est une réalisatrice qui sait porter les acteurs, tous parfaits : Filippo Timi dans le rôle du frère malade en premier lieu, Céline Sallette en compagne des derniers instants, Xavier Beauvois en ami de la famille alcoolique et sangsue, et surtout Marisa Borini. La propre mère de la réalisatrice, faussement larguée, un peu mante religieuse, seule capitaine à bord de sa famille qu’elle refuse de voir couler, est parfaite.

 

Un château en Italie, de Valéria Bruni-Tedschi, avec Valérie Bruni-Tedeschi, Louis Garrel, Filippo Timi, Marisa Borini. Produit par SBS, distribué par Ad Vitam. Sortie le 30 octobre.

http://www.advitamdistribution.com/un-chateau-en-italie/

 

Photo : Filippo Timi et Maridsa Borini dans Un Château en Italie (© Guy Ferrandis – SBS Productions)

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

robert 21 décembre 2013 - 08:57

voilà qui donne envie de voir ce film ,alors que l’aspect narcissique et revendiqué m’avait freiné…

Répondre
Bribri 21 décembre 2013 - 19:48

J’ai beaucoup aimé ce film complètement déjanté .A voir et même revoir.

Répondre

Laisser un commentaire